vivre à Amsterdam

Vivre à Amsterdam... J'en ai longtemps rêvé... Pour être tout à fait honnête, je rêvais de vivre aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Fan de l'anglais et des cultures, quand j'étais adolescente, c'était un rêve mais que je n'ai jamais "intégré" dans ma vie. Mise à part un Erasmus foireux à Cardiff à la fin de mes études. Foireux car trop jeune, pas prête. 

Je suis donc restée en Bretagne toute ma vie, jusqu'à l'Ecosse l'année dernière. C'était un test, pour voir, pour améliorer l'anglais aussi. Nous y sommes restés quelques mois et dès que nous sommes rentrés, la décision était claire : nous ne voulions pas rester en France. 

C'était le moment du Brexit, trouver un job en Ecosse avait été un échec cuisant, et la météo était un vrai frein (hiver et automne toute l'année). Mon autre option était Amsterdam. Nous y avons été plusieurs fois avec Ewen par le passé, on n'avait aimé cette ville et son aspect multiculturel qui en fait une ville accueillante. C'est un peu une ville d'expat' ! 

On a donc commencé par chercher un boulot. L'avantage ici c'est que l'entretien d'embauche est presque automatique. Sur 10 candidatures, j'avais eu 6 ou 7 entretiens. Donc quand on a vu que ça marchait bien de loin, on est parti (sans job). En deux semaines, j'avais trouvé un premier travail de promeneuse de chien et un mois après je commençais mon travail actuel. C'était au début une mission de deux mois qui s'est étendu sur un contrat d'un an. La partie "trouver un job" a été la plus facile... (crazy, huh ?)

Pour le logement, c'est simple, il faut avoir de l'argent ! Les loyers sont chers et lorsque tu emménages, il faut "lâcher" le premier loyer et une caution (compter minimum 3000 euros). Nous avions pris nos dispositions. Aussi, ne pas avoir d'emplois peut-être un frein quand on passe par une agence immobilière. Nous avons eu BEAUCOUP de chance de tomber sur un particulier via un groupe Facebook qui nous a fait confiance. C'était notre premier appartement et nous y sommes restés jusqu'à ce que le propriétaire le vende. 

Ensuite, il a fallu suivre quelques démarches administratives. Ici, la "sécurité sociale" se paye (comme une mutuelle). Il faut donc prévoir 120 euros par mois pour ça. Puis il faut obtenir son BSN. C'est un numéro (comme notre numéro de sécu) qui te permet de travailler dans le pays. Il s'agit d'un rendez-vous à la mairie où tu te déclares avec des papiers officiels (carte d'identité, extrait de naissance, contrat de location etc). 

Une fois que tout ça est fait, la vie ici commence ! Mais ce n'est pas sans changement. Le vélo, la météo, la culture, les gens, le nouveau boulot... Tout est si différent de la France. Le vélo est devenu ma voiture (j'ai carrément revendu ma voiture en fait). Les gens ici sont entiers et francs, il n'y a pas de fausses apparences. On te dit les choses telles qu'elles sont. Tu apprends aussi à vivre avec la pluie (grâce au pantalon de pluie et au manteau waterproof). Avant le covid (et donc le télétravail), je mettais 30 minutes à vélo pour aller au boulot et pareil pour revenir (environ 80 km par semaine). Si un jour, on m'avait dit que je ferai ça pour me rendre au travail... (j'ai toujours vécu avec une voiture)

J'ai réalisé ici que le concept du changement était positif et surtout pas si compliqué ! Coincé dans une routine, on se croit incapable de changer de vie, et finalement... (bien sûr je note ma position de privilégiée car nous avons eu le choix, nous avons choisi de venir ici, nous avions des fonds pour notre installation etc) Ça me fait un bien fou de me dire que je l'ai fait. Ce n'est plus une idée, un projet. J'en ai eu envie et je l'ai fait. 

De manière générale, la vie ici est paisible. Pas de harcèlement de rue, il y a des restaurants vegan, gluten free à tous les coins de rue (ou presque), c'est beau, on respire... Et puis la ville est découpée en plein de quartiers qu'on adore découvrir et redécouvrir le weekend. En un an, je suis très peu rentrée en France et ça ne me manque pas. Bien sûr, mes proches me manquent, mais la France, non... 

Le travail est aussi différent ici. Je ne ressens pas de pression dans mon boulot... Ce n'est pas le monde des Bisounours non plus, mais c'est beaucoup moins toxique que ce que j'ai pu expérimenter en France. Le présentéisme est mal vu, les heures supp' ne sont même pas un sujet, la vie privée est précieuse et donc préservée. On peut parler à son manager, lui dire quand on a des problèmes sans que ce soit utilisé ensuite pour te foutre dehors. Encore une fois, je ne dis pas que c'est parfait... Mais je trouve que l’environnement de travail aux Pays-Bas (à Amsterdam) est plus sain. Je ne parlerai pas des salaires car je ne gagne pas très bien ma vie par contre, mais c'est un choix haha (ah et ne me demandez pas ce que je fais comme boulot, je ne souhaite pas le dire).

J'ai l'impression d'avoir encore tant de choses à dire mais pour un premier article, je pense qu'on est déjà pas mal. Cette année a été difficile pour tout le monde mais je peux vous dire qu'être ici, ça m'a facilité la vie. Chaque jour je me dis que j'ai énormément de chance et rien que de penser à la ville dans laquelle je vis, ça me gonfle le coeur de bonheur. Ouais, on peut être sacrément cucu avec son lieu de vie. 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à laisser un commentaire ici et je vous répondrai du mieux que je peux. 

Et dites moi aussi si vous vivez ou avez vécu à l'étranger ? Si vous aimez ou avez aimé ? 

xx

Commentaires

  1. Merci Manon pour cet article. Je suis installee a Edimbourg depuis octobre 20 et je comprends totalement ton point de vue. Je me sens juste trop bien ici et ca me remplit de joie aussi.
    Par contre pour se faire des nouveaux amis, c'est vraiment pas simple... Je pense que c'est surtout la periode qui fait ca. Mais aurais-tu des conseils?
    (Desolee pour les accents... j'ai un qwerty)
    Bonne journee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Eleonore,
      Merci pour ton article !
      Ha vivre à Edimbourg, c'est trop bien <3
      Alors je reconnais qu'en ce moment ça doit pas être évident de se faire de nouveaux amis... Perso Instagram m'a amené de très belles rencontres, par le biais d'amis aussi (en mode qui connait des gens qui habitent là) et aussi par le biais d'assos ou de collectifs... Il ne faut pas hésiter en tout cas à "mettre des annonces" !
      J'espère que ça peut t'aider !

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)

Articles les plus consultés