le mois sans tabac

by - 10/31/2018


Le 28 octobre dernier, j'ai "fêté" un drôle d'anniversaire. 6 ans sans tabac. Hé oui, votre chère amie écolo ne l'a pas toujours été et mon vilain plaisir pendant 7 ans environ, ça a été de fumer. Tous les jours, tout le temps. En Novembre, c'est le mois sans tabac. Je ne suis pas du genre à me caler sur l'actualité mais pour une fois, ça tombe bien. Voici ma misérable histoire avec le tabac.

J'ai commencé à fumer à 17 ans, et plus les années passaient, plus je me disais que JAMAIS je n'arrêterai. Je n'avais pas vraiment envie, j'adorai fumer et socialement c'était une véritable solution pour moi. Alors je fumais. Mon paquet par jour le plus souvent. Avant même le petit déjeuner. C'était presque un hobby. Je peux en parler ainsi aujourd'hui mais quel était l'intérêt des "pauses" en école ou au travail s'il n'y avait pas une clope. 

Quand j'attendais quelqu'un, une clope. 
Quand je téléphonais, des clopes.
Quand je voulais aller prendre l'air, une clope.
Quand je buvais de l'alcool, une clope.
Après manger, une clope. 
En conduisant, une clope. 

La cigarette était partout dans ma vie, dans mon quotidien me rendant idiote. Pourquoi idiote ?

Parce que j'étais du genre à tendre une clope à quelqu'un qui voulait arrêter.
Parce que je fumais même s'il y avait un bébé dans la pièce (à la fenêtre, rassurez-vous) (non, ce n'est pas rassurant). 
Parce que je jetais mon mégot par la fenêtre de ma voiture.
RIEN n'y personne ne pouvait m'empêcher de fumer. 

Pourquoi je vous raconte ça ? J'ai envie d'exposer la médiocrité de cet acte. Cette drogue. Parce qu'il s'agît quand même d'une addiction. Et cette addiction me permettait de gérer ma timidité, mon stress quotidien, ça me donnait une certaine CONTENANCE ! 

Je me moquais de ma santé, de l'argent que ça coûtait, des déchets horribles que ça générait. Je n'y pensais pas, je pensais juste à m'en griller une. Même deux.

Marlboro light, Basic light, Lucky Strike, Camel 100s, Vogue, Menthol. Mes petites copines. Et puis mes briquets. 

J'ai l'impression de parler de quelqu'un d'autre, quelqu'un que je mépriserais terriblement aujourd'hui ! 

FUMER, PLUS JAMAIS. 

Le déclic ? L'odeur de mes cheveux. Mes cheveux sentaient la clope, mon oreiller sentait la clope. Un jour, ça m'a dégoûté. Avec une amie, on s'est dit qu'il était temps. On a acheté le livre d'Allen Carr. J'ai suivi scrupuleusement le processus mais surtout j'étais déterminée et j'y ai laissé des plumes. Mais si je devais le faire aujourd'hui, je le referai. 

Le dernier mois AVEC cigarettes, ça a été la débandade. Je n'ai jamais autant fumé de ma vie. Le dernier jour, le 28 octobre 2012, j'étais chez des amis fumeurs (bons fumeurs) et j'ai fumé un paquet en 4h de temps. La dernière, car il faut se souvenir de la dernière, me brûlait la gorge, elle piquait et m'a filé une migraine. C'était la dernière. 

SUICIDE SOCIAL ! J'ai arrêté de voir pendant plus de 6 mois tous les fumeurs de mon entourage. Pas de soirées, pas de sorties. Vous trouvez que c'est "too much" ? Pas pour avoir des cheveux qui sentent bons (et arrêter de cracher du sang à chaque bronchite). J'étais accro, il fallait une méthode draconienne. 

Je suis restée ainsi et chaque 28 de chaque mois, je me disais : un mois sans, deux mois sans, trois mois sans... 

Après 6 mois, j'ai vu une porte de sortie. Bien que je faisais des cauchemars toutes les semaines. Je rêvais que je recommençais et que tout ça n'avait servi à rien. J'ai recommencé à sortir, en évitant les "vilains" fumeurs (ceux qui, comme moi, te tendent une clope quand tu dis que t'as arrêté). 

Ce que ça a changé ? Plein de choses. Ma vie a changé depuis ça. J'ai appris à attendre un bus, juste attendre. J'ai appris cette vie sans elle, une forme de solitude. J'ai donc découvert une force ! Je peux gérer des moments stressants sans clope. Depuis 6 ans, je ne cesse de me féliciter. Je l'ai FAIT, j'ai arrêté ! 

On nous promet toujours que c'est simple d'arrêter, pour l'argent, la santé... Pour tout un tas de raison, mais c'est une réelle prise en main et un combat à mener. Certains arrêtent et reprennent comme ils l'entendent. Certains ne sont pas intoxiqués. Mais soyez indulgents envers ceux qui pensent autant à leur clope qu'à leur être le plus cher. 

Pas de conseil, c'était juste ma misérable histoire avec le tabac

xx

You May Also Like

4 commentaires

  1. Bravo à toi d'avoir arrêté ! Perso, je n'ai jamais commencé. J'ai essayé comme "tout le monde" je pense, mais je trouvais que ça servait à rien. Et puis mon père était farouchement contre, j'avais trop peur de me faire choper ! Mon copain fume, et j'aimerais tellement qu'il arrête ! Même si ça lui donne un côté "bad boy"(c'est tellement con !). La santé avant tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo à toi de n'avoir jamais commencé :) Et j'espère qu'un jour ton copain arrêtera :)

      Supprimer
  2. Pour ma part, c'est ma cousine qui m'a mise dedans. J'étais en vacances avec elle et elle m'a dit "vas y c'est super, on est paumé dans cette montagne..." Et j'ai essayé... et j'ai été malade comme un chien ! Dommage que ça ne m'ait pas arrêté là. J'avais bien compris que c'était "cool et super" et en bonne ado complexée et pauvre (sous entendu: sans affaires de marques, moyens de se payer des sandwichs tout les jours etc) je voulais être cool et "dans le vent" alors j'ai fumé quand même.(oui oui, une ruine quand même... quand on est c** on est c**) Chose plus que débile puisque j'avais l'ambition de devenir chanteuse lyrique. Bref, toujours est-il que j'ai fumé pendant une dizaine d'année. Pendant longtemps j'ai évité le matin parce que je trouvais que ça ne faisait pas du tout du bien à ma voix (tien donc?) et puis j'ai fini par le faire... Oui, la cigarette rend con. Je savais que je sentais mauvais, je savais que c'était mauvais pour ma santé, pour ma carrière et potentiellement aussi pour mon entourage. Par contre, je ne fumais jamais à l'intérieur quand il y avait des enfants, même pas aux fenêtres, ma nièce ayant la mucoviscidose, on ne rigole pas avec ça dans ma famille. Et puis est arrivé LE déclencheur: mon Chéri. Pour lui les mauvaises odeurs sont des tues l'amour, complètement rédhibitoires; il a aussi une piètre opinion de la cigarette et des fumeurs... Et comme j'étais convaincue que c'était Lui, j'ai arrêté du jour au lendemain. Il n'y croyait pas trop mais je l'ai fait. Contrairement à toi, je n'ai pas de mal à arrêter. C'est difficile les premiers jours, la première semaine et puis après ça roule. Par contre, il m'arrive régulièrement d'avoir encore envie de fumer au moment des beaux jours, pendant une soirée, avec un verre de vin... Et puis je regarde mon magnifique "patch anti-tabac" qui me fait le plus beaux des sourires et *pouf* l'envie s'en va... Je n'ai jamais regretté, Il est toujours l'homme de mes rêves, on a 3 superbes garçons, je me sens mieux dans mon corps... Bref ma vie est devenue tellement mieux sans tabac !

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme11/09/2018

    Félicitations Manon. Le livre d'Allen Carr m'a beaucoup aidé lorsque j'ai souhaité arrêter. Je le recommande à ceux et celles qui cherchent un petit coup de pouce en plus de la volonté :)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)