pourquoi je ne suis pas 100% écolo ?

by - 8/14/2018

/// dans cet article, j'utilise le mot écolo pour désigner un comportement responsable en faveur de la planète, ce n'est ni un acte politique ni quoique ce soit, je trouve assez moche ce mot mais c'est court et ça prend en compte tous les mouvements (véganisme, zéro déchet, minimalisme, bio...) /// 

Ah les réseaux sociaux ! Et pire, les stories sur Instagram. Ce petit endroit sympa où certaines personnes se permettent de te mettre toutes tes erreurs en pleine face (et en privé). Le savon de Marseille blanc et pas vert, le poivron mangé en hiver, je pourrai en faire un poème et pourtant, ces remarques sont courantes. Bien que je me tue à dire que je ne suis à 100% rien (on me demande parfois depuis quand je suis végane, je ne suis pas végane), on me prête un rôle de "zéro faute". Après le zéro déchet, c'est le zéro faute qui compte. Alors voilà, j'ai envie de parler de ça. Je ne ressens aucun besoin de me justifier, je veux juste expliquer pourquoi une exposition sur les réseaux sociaux n'engage en rien à être 100% écolo et ne facilite pas la chose.

Nager à contre courant
Nous serons TOUS d'accord pour dire qu'aujourd'hui être écolo, c'est nager à contre-courant. Avez-vous déjà nagé à contre-courant ? Ça tire un peu plus sur les bras et c'est parfois désespérant tant on avance pas PAR RAPPORT aux autres. Ok ? Faire attention à sa consommation, c'est exactement pareil. Ce n'est ni valorisé par les institutions et le gouvernement ni compris et apprécié du commun des mortels. Les lieux de consommation ne sont pas habitués à ça et les rites non plus. On ne va pas dire que les fêtes de Noël, les anniversaires ou Pâques soient valorisés dans une logique d'écologie ? Amenez une poule en chocolat noir bio au lieu d'un gros Kinder Maxi à un gamin et vous verrez. Donc déjà, faire le choix de faire attention à son impact environnemental est décourageant. 

On montre que ce qu'on veut sur les réseaux sociaux
Ensuite, tous les blogueurs écolos ne montrent que ce qu'ils veulent sur les réseaux sociaux. Attention, je ne dis pas qu'on ment. Je dis juste qu'on a nos spécialités. Certains vont être fort en zéro déchet, d'autres vont promouvoir le véganisme, d'autres le bio, le bien-être, la slow-life. Pour moi, il est hors de question de boire du Coca, mais j'ai un iPhone et un Macbook (et un clavier et une souris Apple). D'autres refuseront Apple, mais parfois un petit Coca en terrasse, c'est cool ? On ne va pas communiquer là-dessus. On montre ce qu'on veut montrer comme un vrai livre ou un magazine ou journal. C'est notre ligne édito (proche de notre vie, mais ligne édito quand même). Il vaut mieux, selon moi, boire un coca (ou manger un Macdo) une fois par semaine (ou mois) ET acheter ses aliments en vrac, plutôt que boire un coca ET acheter des aliments emballés tous les jours. Vous voyez le truc ?

Pourquoi je ne suis pas 100% écolo ? 
Parce que je n'ai pas toutes les ressources nécessaires. D'un point de vue santé avec mes intolérances alimentaires, d'un point de vue local car Saint-Malo n'est pas DU TOUT eco-friendly et d'un point de vue financier également. Toutes les alternatives ne sont pas toujours envisageables et le choix de la facilité n'est pas toujours le pire. Quand je vais à Rennes, j'en profite pour m'acheter des pâtes sans gluten en vrac mais sinon je les achète emballées. Je ne vais pas faire 45 minutes de voiture pour éviter un emballage. Vous me suivez ? Et c'est pareil pour TOUT le monde selon les problématiques. 

Mes faiblesses
J'ai aussi mes faiblesses. Celles pour lesquelles je n'ai aucune excuse. Mon matériel photo que j'achète presque toujours neuf, certaines fringues aussi... Je vous ai déjà parlé ici de mes contradictions. Le fromage vegan également. Toujours bien emballé de plastique, je craque une fois par mois. 

Être écologique avec soi
Il faut rester intelligent et surtout écologique envers nous-même. L'écologie en psychologie, c'est faire ce qui est bon pour soi. Pas ce qui est bon selon les études, les médecins ou quoique ce soit. Ce qui est bon pour soi selon soi (comme empêcher un enfant de sucer son pouce alors qu'en fait c'est peut-être pas écologique pour lui d'arrêter à ce moment-là). La frustration est mauvaise et les envies sont parfois tenaces, on va pas se flageller parce que pour une fois, on a fait un écart. 3 pas en avant, 1 pas en arrière et ça va...

Le jugement, cette merde contreproductive
Alors si on arrêtait trente secondes de se renifler le derrière pour savoir qui est le plus fort ? Et qui est en faute ? Je ne sais ce qu'il y a de jouissif à chercher la petite bête. Je sais juste que ça fait passer les gens pour des gros cons. Et c'est ce que je pense de chaque personne qui me fait perdre du temps avec des réflexions méchantes et culpabilisantes. Certains sont tellement forts dans les critiques que j'en viens même à me demander si je suis écolo. Et si ces personnes sont si fortes, je les encourage à monter un blog, à écrire des articles, faire des photos... Et surtout à s'en prendre plein la gueule !

Voilà pourquoi je ne suis pas 100% écolo, parce que je suis comme vous, je ne suis pas une personne exceptionnelle et bien que j'admire toutes mes inspirations comme Béa Johnson ou les Minimalistes, tant que j'aurai pas vendu autant de bouquins qu'eux, je continuerai à avancer et à m'améliorer À MON RYTHME

xx

You May Also Like

25 commentaires

  1. Très bien dit !
    On n'est pas parfait, on n'a pas la même vie ni la même ville, ni les mêmes centres d'intérêt.
    Et je pense que se priver énormément pour réussir un objectif (une quantité de déchets limitée par mois par exemple), sans être vraiment heureux du coup, ne nous apportera pas de satisfaction. Ou forcée : "bon, j'ai fait tout ça il faudrait bien que je sois content.e !"
    Trois pas en avant, un pas en arrière, comme tu dis. Et c'est pas grave...
    Bisou !

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout à fait raison. On a pour beaucoup été élevés sans se poser la question de l'écologie, on a été habitué à consommer neuf sans se poser de questions, on est conditionnés comme cela. Et perdre ces habitudes, c'est un vrai travail de tout les jours, et ça ne se fait pas d'un coup. On ne peut pas être parfait et chacun fait ce qu'il peut, comme il peut, avec ses propres freins aussi (d'ailleurs je serai très curieuse d'avoir un sujet sur le zéro déchet et l'émétophobie, parce que perso il y a des domaines sur lesquelles cette phobie me fait bloquer complètement et énormément culpabiliser, du coup je serai intéressée de savoir comment tu le gères, ou d'échanger avec toi sur le sujet en privé si tu ne souhaites pas en parler sur le blog).
    Bref, avançons à notre rythme, inspirons nous des autres au lieu de les critiquer, et soyons doux avec nous mêmes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire !
      En effet c'est un sujet délicat pour moi, mais envoie moi un mail si tu veux qu'on en parle en privé, aucun problème :)

      Supprimer
    2. Pas de souci, je suis bien placée pour comprendre ^^. Je t'envoie un mail dans les jours qui viennent.

      Supprimer
  3. J'adhère à 100% ! On peut pas être parfaits partout, mais l'essentiel c'est d'essayer de s'améliorer et de contribuer par petites touches. J'achète de bons produits alimentaires, locaux, si possible en vrac, de saison.... mais parfois je craque sur une babiole chez Action parce que j'ai besoin de me faire plaisir ! Eh ouais, moi non plus je ne suis pas parfaite !

    RépondreSupprimer
  4. Bien dit 👏 en aucun cas on devrait avoir à se justifier pour quoique ce soit

    RépondreSupprimer
  5. Salut

    Je suis arrivée sur ton blog par hasard après une story IG.

    Ton message est inspirant. Il y aura toujours des critiques, mais je pense comme toi, être écolo c'est déja remettre en cause des habitudes, un petit changement à la fois c'est bien mieux que pas de changement et si tout le monde prenait cette peine plutôt que de critiquer, on avancerait peut être mieux. (Bon en disant ça ne serais-je pas entrain de critiquer ceux qui critiquent..)

    Bravo à toi, et je vais de ce pas lire d'autres articles de ton blog pour prendre des idées et m'améliorer moi même

    Bon courage

    RépondreSupprimer
  6. Merci !!!!! On ne le dit pas assez :)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas si tu as lu.un super article qui sappelle le green gap et qui deculpabilise beaucoup... le principal c'est de faire sa part et de semer des petites graines ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah non je ne connais pas, je vais jeter un oeil ! merci :)

      Supprimer
  8. Ton article est génial et tu as totalement raison ! Je ne comprends pas non plus ces gens qui ont ce besoin de culpabiliser les autres... Enfin si, je crois qu'ils aiment rabaisser l'autre pour se valoriser, parce qu'ils ont certainement un problème avec eux-même SURTOUT, et que leur ego fait qu'ils ne s'en rendent même pas compte. Tu as totalement raison de dire, haut et fort, que tu n'es pas parfaite et que tu ne fais pas tout comme il faut. Simplement, tu fais ta part, et c'est l'essentiel, c'est déjà beaucoup plus que la plupart des êtres humains effectivement. Faire de son mieux, voilà ce qui est PARFAIT, selon moi :D
    A bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Justine ! C'est très beau ce que tu dis : "Faire de son mieux, voilà ce qui est PARFAIT"

      Supprimer
  9. Anonyme8/16/2018

    Il n'y a pas assez de blogueuses à parler de ce sujet, c'est bien que tu le fasses :)

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour ! Je te rejoins totalement sur le sujet. A mon niveau je culpabilise souvent parce que ma consommation n'est pas parfaite. Donc nous n'avons pas besoin que les autres viennent nous enfoncer parce que nous ne sommes pas 100% écolo... C'est déjà difficile de lâcher prise quand on est engagée soi-même. Merci de le dire haut et fort !

    RépondreSupprimer
  11. Mais comme tu as raison ! !!!

    RépondreSupprimer
  12. Lucile8/17/2018

    Je suis tout à fait d'accord avec toi ! J'utilise instagram depuis peu, et je trouve aussi que cela donne toujours l'impression de paraître plus écolo que ce que l'on est. Après plus de 3 ans de vie "zéro déchet", j'ai compris que je ne serai jamais Béa Jonshon ! (mais une partie de moi est encore en quête de perfection) Parce que parfois il y a des imprévus (un élément jetable que tu n'oses pas refuser, une voiture dot il est impossible de te passer à moins de changer de boulot, le fait d'être une amoureuse de la nourriture grasse et sucrée). Mais même en dehors d'internet, dans le vraie vie, cela se passe aussi : des journalistes sont venus filmer mon appart et le mode de vie zéro déchet, et les internautes ont souligné le fait que je n'avais pas d'enfants, donc qu'on verrait bien quand j'en aurais. Des gens dans la vraie vie m'ont vue prendre une crêpe au nutella et me l'ont souligné. Ou encore m'ont gentiment fait remarquer que c'était facile de préparer ma sauce tomate moi-même ou ma compote.
    En fait, je crois que l'être humain a du mal à être bienveillant. Même moi je juge les autres (mais en général, je me garde bien de le faire remarquer).
    Merci de ton témoignage en tout cas !
    J'essayerai de publier plus mes fails zéro déchet en storie :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucile pour ton retour !
      Nous jugeons tous, c'est normal mais comme tu le dis, en général on ne dit rien. Parfois je trouve scandaleux le comportement de gens qui laissent leur déchet sur la plage ou je ne sais quoi mais je ne vais pas aller leur gueuler dessus, parce que ça ne fait pas avancer le débat...

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)