mardi 24 avril 2018

la Fashion Revolution Week

fashion-revolution-week.jpg
Aujourd'hui, c'est un triste anniversaire. Je n'en avais jamais encore parlé ici mais il y a 5 ans plus de 1000 personnes mourraient dans le terrible effondrement du Rana Plaza au Bangladesh. 1000 personnes perdaient la vie pour fabriquer nos vêtements pas chers. À l'époque, c'étaient les étiquettes de Carrefour, Auchan ou Camaïeu qu'on retrouvait dans les décombres mais le bâtiment abritait des entreprises qui fournissaient aussi Mango, Benetton ou Primark (entre autres, je vous cite celles que nous connaissons si bien).
Il y a 5 ans, j'avais entendu parler de cette catastrophe mais ça n'avait rien changé à mes comportements d'achats. Ce n'est pas ça qui a été le déclic. J'ai presque honte. Plus de 1000 morts ! Mais c'est au Bangladesh, c'est loin, on ne se rend pas compte. C'est un pays qu'on ne connaît pas, sauf écrit en petit sur l'étiquette de nos vêtements.
C'est justement ça le problème ! On fait faire nos vêtements loin, très loin, trop loin. C'est ce qu'on appelle la loi de la proximité en journalisme. 1 mort en France, ça touche plus que 10 morts en Turquie et ainsi de suite... Et pourtant TOUS LES JOURS on dit "ah le monde est petit hein". 
C'est pour ça que les H&M ne ferment pas, c'est pour ça que les zones commerciales ne cessent de s'étendre pour laisser pousser des enseignes, des enseignes et encore des enseignes telles de la mauvaise herbe. Du mauvais commerce. 

Vous n'avez jamais eu cette envie de dire : "et si demain, oui demain, personne n'allait dans un seul magasin ? aucun, pas un seul. Si demain, on ne sortait pas un centime de notre poche et qu'on ne ramenait rien du tout de nouveau à la maison." Vous avez déjà pensé à ça, à cet acte de révolte si simple et si pacifique. Pourtant... "Ce n'est pas si simple, tu peux pas empêcher les gens de faire ça, tu touches à la liberté et puis, imagine, tu as besoin de x ou y ou z choses."

Alors tout continue comme si de rien n'était. 

C'est de l'esclavagisme moderne ! Utiliser des pays et des gens pour créer du profit chez nous, pour vendre encore et toujours, alimenter nos garde-robes à coup de promos et de vêtements à la mode. 

Et on fait l'autruche. On met sa tête dans un trou. Le trou, c'est le travail, la famille... Le trou, c'est notre nombril. 

"J'ai pas les moyens d'acheter autrement, ça coûte cher."
"Où veux-tu trouver des vêtements éthiques ?"
"Oh mais je vais plus chez Zara, hein !"
"C'est à l'État d'interdire ça."

BLA. BLA. BLA. 

Ça, les excuses, on les utilise, les réutilise et on les recycle ! Écolo dans les excuses ! Et pourtant des gestes simples peuvent être faits pour changer. 
  • Premier geste : PRENDRE CONSCIENCE ET RECONNAÎTRE CETTE VÉRITÉ. Des gens, partout dans le monde, travaillent dans des conditions ignobles pour faire des vêtements. 
  • Deuxième geste : le boycott ! Quand il s'agît de perdre du poids avant l'été, il est facile d'arrêter le Nutella. Bah faites la même chose avec Zara. 
  • Troisième geste : achetez moins. 
  • Quatrième geste : lire mon article "s'habiller de manière responsable"
Avec cet article, je ne cherche pas à vous culpabiliser. Rien qu'en l'écrivant, je m'en veux d'avoir aussi mal consommé et de faire encore des écarts aujourd'hui mais c'est ainsi. Nous sommes maintenant acteurs de notre génération et nous devons tout faire pour nous respecter entre hommes et entre femmes. Qu'on soit en France, en Arabie Saoudite ou au Bangladesh. Qu'on soit chinois, pakistanais ou suisse. Respectons-nous ! 

Depuis cette catastrophe horrible, une créatrice a lancé le mouvement Fashion Revolution Day, qui s'est transformé en Fashion Revolution Week. Le principe est de montrer une étiquette sur les réseaux sociaux avec le hashtag #whomademyclothes. L'idée est d'interpeler les marques, de rappeler que nos vêtements ne sont pas cousus par des couturiers et des couturières dans des petits ateliers qui sentent bon le thé et les gâteaux. Je vous encourage donc à participer, à en parler, à faire une story ou un post sur Instagram avec ce hashtag. C'est peut-être encore un truc à la con sur les réseaux sociaux mais peut-être que ça fera écho chez quelqu'un et à ce moment-là, c'est gagné !

Je repartage également avec vous mon livre blanc sur 47 marques de mode éthique. À télécharger et à partager sans modération !

xx

4 commentaires:

  1. Salut Manon,
    Très bel article ! Il existe tellement d'alternatives à la fast fashion, il faut le rappeler et aller vers ses options!

    RépondreSupprimer
  2. Super article et je suis completement d'accord. J'ai arrete Primark, H&M, Newlook, etc. depuis 4 ans et je me sens bien. Je craque encore parfois chez Zara mais c'est de plus en plus rare (un seul achat Zara en un an!). Il faut penser a la planete :)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)