lundi 13 novembre 2017

pourquoi devenir minimaliste fait du bien ?

chambre-minimaliste.jpg
L’autre jour, je me posais la question : pourquoi alléger ma vie me fait du bien ? Ma vie, mes possessions, mon rapport aux autres... Le minimalisme, c’est au-delà d’avoir juste une veste et un pantalon dans son dressing. Nous sommes facilement conditionnés à faire bien les choses au lieu de faire les choses dont on a envie. Consommer est une (mauvaise) façon de reprendre le contrôle sur sa vie quelque part. Je décide d’acheter ceci ou cela pour mieux m’intégrer dans un contexte sociétal. J’ai acheté une quantité de vêtements pour espérer ressembler un peu plus à telle ou telle personne, car je ne savais pas moi-même qui j’étais et ce que je voulais. Sans rentrer dans un débat philosophique, j’en viens à me dire que devenir minimaliste, posséder moins, chercher le moins est une vraie façon se sentir mieux, de se faire du bien. Pourquoi ?

Je trouve que ça libère de l’espace. Par exemple, récemment j’ai été pas mal déçue en amitié. Ça arrive... J’ai ruminé, ruminé, ruminé... Et puis grâce au minimalisme (notamment avec la lecture du livre des Minimalists), j’ai appris à lâcher prise. Au lieu de s’accrocher à des relations qui ne donnent plus rien, autant avancer et s'en défaire. Encore une fois, il y a un aspect très culturel dans l’amitié aujourd’hui : il faut être ami depuis 38 ans pour dire qu’on est ami, sinon on est que pote. Je trouve ça con et je me défais de ça. Depuis, je ne me pose plus de question : si quelqu’un ne souhaite plus me voir ou se comporte de façon nocive, ok, laissons pisser. 

Pour les possessions matérielles, même chose. Cette notion d’espace ! Quand je vois mon dressing aujourd’hui comparé à avant, c’est le JOUR et la NUIT. Pareil pour les livres, même chose pour les objets de décoration. Ce qui fait du bien ici, c’est le fait de se libérer des objets qu’on n’aime pas ou qui ne nous aiment pas. Un pantalon qui nous serre trop, mais qui a coûté 150 € : bye-bye ! Il faut oublier l’aspect financier des choses (c’est snob, hein ?). Aujourd’hui, si un vêtement ne me satisfait pas parfaitement, je m’en sépare. Que ce soit pour le style, pour le confort, pour la couleur... Les livres, même chose ! Si je suis sûre de ne jamais rouvrir un bouquin, pourquoi le garder ? De toute façon, on sait très bien quels livres sont importants ou pas. Et du coup, prendre une carte à la bibliothèque ! (sauf les jeunes auteurs, faut acheter leur livre) (comprendront ceux qui veulent) (pourquoi je dis ça quoi)

Mais du coup, je me demandais où sont les limites de tout ça. Est-ce qu’on ne deviendrait pas des Êtres très/trop exigeants ? Sans cœur, qui ne vont que vers l’essentiel et balaye tout le reste sur notre passage ? Je ne sais pas. J’essaye de prendre le problème dans l’autre sens (si c’est un problème). Est-ce qu’on ne nous a pas trop dit de dire « bonjour à la dame » ? Est-ce que remettre notre bonheur et nos envies au cœur de nos vies, ce n’est pas la première étape pour ensuite se donner aux autres ? Depuis que je vis avec « moins », je regarde bien plus les autres et j’essaye de donner bien plus. On vit dans une telle peur de faire tout bien, de réussir tout bien que ça en devient dangereux et égoïste : moi d’abord ! Il faut que je réussisse, il faut que je sois bien auprès des gens. Alors qu’on devrait juste avoir envie d’être heureux et avoir envie de faire plaisir autour de soi. C’est là qu’on enlève la partie toxique des relations (amitié épuisée), des possessions (objets inutiles), et ce sac à dos qu’on a sur les épaules (le regard des autres). 

Qu’en pensez-vous ? C’est brouillon, mais j’avais envie de vous parler de tout ça. Sans être dans quelque chose de très pratico-pratique (comment faire le tri chez soi). 

xx

21 commentaires:

  1. Je suis dans ces questionnements en ce moment! Revenir à l'essentiel, au minimum mais ne pas oublier le lien aux autres. Se libérer pour s'ouvrir au monde, à La vie! Je viens de découvrir ton blog et cela me ravie car beaucoup de lectures à venir! C'est top :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci encore Manon pour ce post, je viens de passer un moment très désagréable concernant le pro, et ton article est tombé à pic, il faut que je lâche prise et que j'arrête de me bouffer la santé pour des choses et des gens qui me sont toxiques ou anxiogènes. En ce qui concerne l'amitié même constat pour moi, "Let it be..." comme dirait les Beatles... Moi qui ai toujours eu l'habitude d'être en attente de reconnaissance et d'amour de la part de personnes auxquelles je tenais, par manque de confiance d'estime et d'amour pour moi, je me dis aujourd'hui que si ces dites personnes n'ont pas eu le même égard et la même affection envers moi, c'est dommage et tant pis pour eux. Prendre conscience de sa valeur ça aide aussi à être minimaliste, à aller vers l'essentiel et à ne plus avoir besoin de combler ce vide en soi.
    Bonne journée Manon ♡

    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme diraient* les Beatles, pardon.

      Supprimer
    2. Merci pour ton commentaire et je suis "contente" d'avoir pu être un mini échappatoire après un moment difficile... Prendre conscience de sa valeur et avoir de l'estime pour soi, c'est la base du minimalisme car ça permet de se détacher du reste. On consomme pour se donner de la valeur parce qu'on la trouve pas en nous-même... Oui c'est de la philo un peu !

      Supprimer
    3. Oui et visiblement j'aurais une meilleure note au bac de philo aujourd'hui qu'à l'époque haha ! Ravie en tout cas d'échanger avec toi sur le sujet, c'est enrichissant et le fait de partager les mêmes idées c'est aussi réconfortant et encourageant, et puis on se sent moins seule avec ses questions et ses considérations existentielles ;-) Bonne journée :-)

      Supprimer
  3. Je suis complètement d’accord avec toi, à tous les niveaux... et hier justement je me disais «  mais pourquoi je garde tous ces bouquins alors que je ne les lis pas?... Et ma meilleure amie il y a quelques jours qui me disait : » vous avez encore de la place sur les murs de votre appart, tu pourrais ajouter des étagères. Alors oui mais....NON en fait, je ne veux plus de pollution visuelle, d’encombrement,.... marre d’amasser des choses qui ne sont pas nécessaires... et puis ma période de non travail et le fait de vivre à deux dans 30m2 m’aide beaucoup, au lieu de le vivre comme une frustrationj ’ai choisi de le prendre comme une opportunité pour me libérer du superflus et du matérialisme... alors merci pour ton article, ça fait du bien!
    Lili
    https://doucemelodie.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Lili !
      Ahah je suis tout à fait d'accord avec toi. Souvent l'entourage va te pousser à aller vers "plus", "plus grand", "plus de choses", car c'est rassurant pour eux. Mais ça ne veut rien dire ! Bel exemple de minimalisme !

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Pour ma part, je pense que le minimalisme ( ou son approche) fait du bien, nous nous laissons trop posséder par les choses. Je sais d'expérience que nous ne sommes pas plus heureux avec de l'argent et des objets à foison. Au contraire même!!
    J'ai rencontré, connu des personnes immondes, se croyant importants grâce à leurs possessions: mythomanes, manipulateurs, destructeurs car voulant toujours être mieux, n'hésitant pas à humilier ses amis, enfants, conjoints, s'inventant une vie, un travail etc...
    La société, la consommation, rendent les gens mauvais, malades etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement d'accord !
      La société de consommation fait ressortir le mal et remet en question la moral (ne serait-ce que par les conditions de fabrication de 90% des biens de conso)
      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  5. Je te rejoins tellement, je suis notamment en train de faire un tri dans ma penderie qui me fait le plus grand bien, pourtant je suis loin d'avoir 36000 choses mais ça reste trop par rapport à ce que je mets vraiment, ce qui me plaît vraiment et dans lequel je me sens bien ! et ça fait vraiment du bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça fait du bien et ça permet de se concentrer sur l'essentiel.
      On peut être minimaliste en possédant beaucoup ou au contraire peu. Il n'est pas question de quantité mais de qualité, et d'assumer aussi.

      Supprimer
  6. Salut Manon! En phase avec ce que tu vis, grâce à tes articles et quelques bouquins inspirants, j'ai commencé moi aussi le grand chambardement! C'est aussi le fait de voyager avec presque rien qui m'a fait me questionner sur l'importance des "choses"! Et au diable les avis des autres, qui ne comprennent pas le bonheur que j'éprouve à rester chez moi seule un samedi soir avec un bon bouquin, ou de ne plus ressentir le besoin de remplir mon dressing jusqu'à ce qu'il déborde! Alors merci pour tes articles pratiques qui m'ont aidé à me lancer ;) Prochaine étape: Oserais-je faire ce tatouage que je médite depuis des années? Bonne continuation. D'une Manon à une autre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Manon ! Merci beaucoup pour ton commentaire et ton retour d'expérience.
      Ahah concernant le tatouage, tu es seule juge mais je ne peux que t'encourager... Ca va faire un an pour le mien... Aucun regret, bien au contraire...

      Supprimer
  7. Bonsoir Manon et MERCI de partager ton expérience. Cette prise de conscience du retour à l'essentiel est très intéressante. Je viens juste de découvrir ton blog, je pense que la lecture de celui ci devrait m'occuper quelques soirées. Continues ainsi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pauline pour ton commentaire ! J'espère que tu vas apprécier mon blog :-)
      A bientôt !

      Supprimer
  8. Je suis passée de locataire d'un spacieux appart bien meublé et plein de bibelots à 2 mètres cube de possessions totales en trois jours, j'ai tout laissé derrière moi. Le seul meuble que je possède, c'est un petit bureau qui a presque 100 ans, et c'est tout.
    Franchement, je ne me sens plus rattachée aujourd'hui à quoi que ce soit, je me sens libre, mais je mentirais en disant que ça a été facile.

    RépondreSupprimer
  9. Ton site : quelle belle trouvaille ! Des réflexions et des conseils (sans pour autant qu'ils soient "radicaux"), ton blog est atypique et j'ai de supers lectures en perspective donc un grand merci :-)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai commencé à devenir minimaliste à cause de mes voyages. La flemme de la valise trop lourde que tu peux pas porter sur le dos. Flemme d'emmener plein de trucs. Alors j'ai commencer à regarde que j'avais, ce que je possédais, et ce qu'y m'étais vraiment utile.

    Au début je n'ai appliqué ça qu'aux fringues, puis, j'ai déménager à une distance de 600 km, autant te dire que tu fais du tri avant, et la, j'ai viré pleiiiiiiiins de trucs. Plein de truc que j'aimais pas, que je ne voulais plus etc. Et quand j'étais encore hésitante, j'ai mis à la cave. Faire du vide c'est bien, regretter et racheter sans façon.

    Du coup maintenant, j'ai un dressing divisé par 3 je pense. Niveau déco, j'ai beau être passé d'un 40 à un 60m², je ne le surchage pas, j'aime avoir et voir de l'espace. J'apprecie la simplicité et le coté cosy de mon nouvel appartement.

    Et les livres, j'ai viré tous ce que je ne lisais pas, gardais ceux que j'adorais, et je suis définitivement passé aux ebook ;) Une PLAIE à déménager, les livres.

    Donc oui, le minimalisme est essentielle je pense, on apprécie beaucoup plus ce que l'on a, ça rend plus heureux, surement un peu plus riche, vu qu'on achète plus de superflue. Moi je suis toujours pauvre à cause des voyages ^^" Et surtout, on se prend moins la tête quoi ! Je pense que c'est un état d'esprit général, qui rend plus adaptable, plus ouvert, plus empathique et moins consuméristes.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage ! Je suis tout à fait d'accord avec toi !

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)