Cheminement capillaire (means hair journey)



Vous connaissez ma passion pour les cheveux, pour ne pas dire pour mes cheveux. J'ai toujours vu une forme de pouvoir qui pousse directement sur notre crâne (hashtag Samson). Mes cheveux aujourd'hui sont un peu ma force à moi aussi, ils m'aident à m'aimer, à prendre soin de moi (parce qu'il faut prendre soin d'eux). Avant y avait le maquillage, le vernis à ongles, mais j'ai tout arrêté, alors mes chouchous aujourd'hui ce sont eux. Toute ma vie, mes cheveux m'ont un peu obsédés car au début je ne les aimais pas vraiment. Je leur en ai fait voir de toutes les couleurs et c'est autant au sens propre qu'au sens figuré que je dis ça. Cette petite mosaïque ci-dessus en témoigne et encore... Il n'y a pas toutes mes tentatives capillaires. 

Petite, j'étais blonde

Ma mère m'a laissé sous entendre l'autre jour qu'elle aurait aimé que je le reste finalement, mais mes cheveux ont foncé au début de l'adolescence. Ni une, ni deux, j'ai commencé alors à faire des balayages. Avec du recul, je me rends compte que c'était uniquement lié à cette identité de "blonde" que je m'étais construite. Manon est blonde.

Adolescente, j'ai testé des choses

D'abord, revenir à ma couleur naturelle. Comme l'indique la troisième photo, je devais avoir 18 ans, je pense. Adolescence, plus tellement mais bon. Cette période n'a pas duré longtemps, je suis vite revenue au blond, blond effet soleil, blond beaucoup plus clair, puis rouge. Plus j'écris, plus je réalise que je suis perdue dans quand j'ai fait quoi, mais en gros je ne tenais pas 6 mois avec la même tête. Au point que mon entourage était assez perdu à chaque fois qu'on me voyait. 

Jeune adulte, la frange et le brun

Pour le moment, je ne parlais que de couleur, mais je dois aussi parler des coupes. J'y reviendrai ! Un peu (beaucoup) fan de Superbus, j'ai voulu devenir brune avec la frange, comme Jen ! Bah ouais. C'est resté assez longtemps mine de rien. Pendant plusieurs années, j'ai oscillé entre brun, châtain foncé, une fois je suis même ressortie à la limite d'un violet dégueulasse... Et cette frange qui ne m'allait pas du tout. Oh, je vous vois venir "mais si ça t'allait bien", physiquement c'est chacun ses goûts, mais mentalement, que de souffrance, parce que j'ai un épis. 

25 ans, l'âge de la raison capillaire (ou 27, je ne sais plus)

Il y a quelques années, 3 ans, après avoir quitté le brun pour le blond platine. Merci HollySiz à l'époque. Je me suis rendue compte qu'aller chez le coiffeur, ça faisait bien pendant une semaine, et après s'en suivait des cheveux brûlés, morts, qui cassaient. Et surtout des couleurs qui passaient, des coupes qui ne ressemblaient à rien. J'étais constamment déçue ! JAMAIS, je ne suis sortie de chez le coiffeur en me disant : "Yes, on y est". Pourquoi ? Parce que Dame Nature a fait un super bon boulot sur mes cheveux et ils n'ont besoin de rien. Prétentieux ? Peut-être, mais j'ai mis tellement d'années à comprendre que ces artifices n'avaient pas lieu d'être, qu'aujourd'hui, pouvoir dire que je suis HEUREUSE de ce que j'ai à la base, c'est énorme ! J'ai réalisé que me teindre les cheveux, me décolorer les cheveux ne servaient qu'à intoxiquer, à polluer la planète et aussi à me ruiner. Donc, le coiffeur, c'est fini pour moi ! J'ai eu aussi de très mauvaise expériences humaines... Des coiffeuses qui me mettaient en pleine tête mon manque de féminité ou alors mes shampoings trop fréquents... Bref, des jugements qui me mettaient très mal à l'aise. Alors stop ! 

Un shampoing par jour et frange

Au delà de mes déboires en matière de couleurs, j'ai aussi pendant longtemps combattu ma nature capillaire. Pendant des années, je me lavais les cheveux tous les jours. C'était pour moi signe de propreté. Si je ne me lavais pas les cheveux, je me sentais sale. Véridique! Cheveux longs ou courts, même traitement. Evidemment, mes cheveux ont commencé à devenir de plus en plus gras... Cercle vicieux. Avec les couleurs, ils étaient secs mais les racines grasses, donc masques, après-shampoings... Cette routine qui était loin d'être bénéfique. En plus de ça, j'ai un épi. L'épi Sailor Moon. Pile au milieu de la frange. J'ai combattu cet épis pendant... une vingtaine d'années ! Sèche cheveux, lisseur... En plus, j'insistais avec la frange et le moindre coup de vent ou la moindre averse me rendait malheureuse (Sailor Moon style). Et puis un jour, j'ai dit à ma coiffeuse, "la prochaine fois que je te demande une frange, tu me dis non". Et en formulant cette phrase, je n'ai jamais plus voulu de frange. Pour ce qui est des shampoings quotidiens, le cheminement a été plus long, mais j'ai quand même appris à en faire un tous les 2 jours, puis à chaque fois que je faisais du sport (donc 3 fois par semaine environ). Le vrai déclic est arrivé pendant le confinement. Quand j'ai commencé à faire Sissy tous les jours (hors de question de me les laver à chaque fois). Même si je transpirais, tant pis, mes cheveux restaient ainsi et SURPRISE : ça ne se voit pas, ça ne sent pas, bref... Mes cheveux sont enfin libérés, délivrés... De rien !  

Et aujourd'hui, ça donne quoi ? 

Plus de couleurs, plus de coiffeur, un shampoing par semaine. Je me peigne les cheveux avec un peigne en bois, bye bye les brosses en plastique. Je les soigne avec des sérums (huiles). Je vous ai fait un article sur ma routine récemment. Le but de cet article est de me rappeler et de vous partager cette expérience compliquée que j'ai eu à toujours vouloir autre chose. Finalement, j'ai trop vite voulu contrôler mes cheveux à cause de la mode, des autres... Ils se révèlent être parfaits sans artifice, ma nature de cheveux est bonne. J'ai beaucoup de chance alors j'en profite ! Aujourd'hui, je veux juste qu'ils poussent. J'aime les cheveux longs. 


La nature est bien faite et il faut lui laisser sa chance. On n'a pas besoin de 1000 produits pour gérer ses cheveux (je parle de ma nature de cheveux, je ne saurai dire pour les autres). Aujourd'hui, je vis sans laque, sans gel. Les produits que j'utilise, je les choisis le plus clean possible parce que, lorsqu'on rince un shampoing, on envoie des choses dans les canalisations. J'essaye de penser à tout ça. Et sans faire la meuf écolo, je suis surtout aussi RAVIE d'avoir des cheveux que je n'ai jamais trouvé aussi beau. N'est-ce pas le début de l'amour de soi ? Et je suis sûre que vous aussi, vos cheveux vous réservent de belles surprises !

Je vous encourage vivement à me raconter vos périples capillaires en commentaire. Je suis une mordue de cheveux et vous lire me régalera ! 

xx

Commentaires

  1. Moi aussi j'en ai fait voir de toutes les couleurs à mes cheveux, même en arrêtant le coiffeur il y a déjà quelques années, je coupe je relaisse pousser, je teins (mais beaucoup moins depuis mon blond chez le coiffeur qui m'a fait arrêté d'y aller, j'étais devenue blonde platine dégueu, et en voulant refaire une couleur par dessus pour foncer qqls mois plus tard mes cheveux ont virés au vert 😱 autant te dire que ça calme ahah!) Mais j'ai essayé le henné aussi, et mon gros goal reste les cheveux roses ... Mais déjà fait en tie & dye et c'est trop d'entretien, je sais que je ne le ferais jamais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aw il n'y a rien de pire que les gros gros ratages ! Ca calme !
      Merci pour ton commentaire !!

      Supprimer
  2. Ahah, je crois qu'on est assez nombreuses à malmener nos cheveux comme ça. C'est un signe extérieur de "style" parmi d'autres, avec les vêtements, le maquillage, etc...
    Moi aussi j'en ai fait voir, à mes cheveux... Mon dieu... Une sorte de réaction contre le carré-frange coupé par ma mère jusqu'au CM2.
    Je les ai eus longs, courts, relongs, recourts, permanentés, avec ou sans mèche, j'ai utilisé moult colo de supermarché, du henné pour devenir rousse, et j'en passe.
    Entre modes et changements de tête presque nécessaires quand je passais des étapes importantes de ma vie (ruptures, changements pro, crise identitaire...).
    Depuis un an et demi, j'ai décidé de leur foutre la paix, à mes cheveux. L'ultime coupe courte de ma crise de la trentaine a repoussé, j'ai les cheveux sous les épaules. J'ai appris à égaliser les pointes seule quand j'en ai besoin (et je coupe les cheveux de mon mec et mes enfants ahah...). Et comme pour toi, c'est une façon de prendre soin de moi.
    Je suis même arrivée à un stade où les 1ers cheveux blancs se font deviner, et je suis assez en paix avec l'idée de vieillir et que ça se voie.
    Comme quoi, on finit parfois par se trouver soi-même 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire !
      Oui je n'ai pas parlé des cheveux blancs mais pareil.. Je suis en paix avec l'idée qu'ils arrivent doucement mais surement...

      Supprimer
  3. Je me suis moi aussi construite sous une identité de blonde. Ils ont foncé à l'adolescence et ma mère n'a jamais vraiment fait son deuil de mes cheveux blonds. Et moi non plus je crois. Je suis toujours choquée lorsque l'on me prend en photo lorsque je réalise, surtout l'hiver, combien ils sont foncés!
    Je n'ai jamais touché à leur couleur (à part quelques henné blond, mais sans aucun changement notable) et ils sont maintenant blonds foncés/châtains clairs (avec quelques reflets roux) et un tie-dye naturel qui fluctue entre l'hiver et l'été.
    J'ai également limité au maximum ma routine cheveux (un shampoing solide, un peu de gel d'aloe vera et quelques gouttes d'huile végétale de noyau d'abricot, la même que j'utilise sur le visage). Ils sont sains, je pense, mais j'en suis rarement satisfaite. Dès qu'ils poussent, mes pointes se fragilisent, et je suis tentée tous les 6 mois de tout couper, d'éclaircir, etc. A l'aube de mes 30 ans, je commence à avoir quelques cheveux blancs et si la plupart du temps, ça ne me fait rien, j'oscille parfois avec la volonté de prendre un rdv chez le premier coiffeur pour éclaircir tout ça d'un ou deux tons et camoufler ces premiers signes de l'âge..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire !
      Je suis curieuse de connaitre ton utilisation de l'aloe vera dans ta routine ?

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)

Articles les plus consultés