Oh toi 2019

Photo à l'argentique par Ewen

Oh toi 2019. Petite connasse et grande aventure. Oui, c'est comme ça que je commence cet article. Cette année, j'ai écrit une vingtaine d'articles contre plus de de 120 en 2018. Hallucinant ? Tout à fait. Je viens de faire le calcul et je ne pensais pas que c'était à ce point là. Je pense n'avoir jamais été aussi troublée par une année.

2019, ça a été les montagnes russes. Des moments où le coeur manquait de lâcher, des moments où c'était une sensation de saut dans le vide, des moments de peur immense, des moments de chute, beaucoup de chutes, de déception, d'échecs, de claques, de "recommence", "recommence" encore et encore. 

Si je devais définir 2019 en un mot : ENDURANCE

Un très long footing. Heureusement que j'aime courir. 

Rapidement, mon année 2019. 
Parce que c'est pas le tout de vous montrer des selfies sur Instagram. 

2019 a commencé aussi mal que bien. D'abord l'arrêt de mon activité en freelance. Je ne l'ai pas évoqué ici mais voilà. D'ailleurs, je ne l'ai pas évoqué du tout. Ensuite une difficulté personnelle (vraiment merdique) ET une nouvelle vie en Écosse. Alors l'Écosse, bien que j'en ai finalement peu parlé ici, a été une expérience incroyable dans ma vie. Quand je vous dis incroyable, c'est que j'ai réussi à renouer avec moi-même, que ce soit physiquement mais aussi sociologiquement parlant (est-ce français ?). Après 4 ans à Saint-Malo, j'avais un peu perdu espoir en moi avec les autres. Pour vous la faire courte, j'ai rencontré de vraies magnifiques personnes en Écosse, et ça faisait longtemps que je n'avais pas été face à des gens qui font juste du bien. Des personnes bienveillantes... Coucou Laura, Sabrina, Sabrina, Irene, José, le Canister Camera Club, la Caledonian language school... Heureuse que nos routes se sont croisées. 

L'Écosse devait durer un mois, pour apprendre l'anglais. Ça a duré cinq mois. J'ai fait du bénévolat dans un charity shop (bosser dans un magasin, mais aussi récurer des chiottes et trier les trucs que les gens ne veulent plus), j'ai appris à me débrouiller toute seule, en anglais, j'ai appris à rencontrer des gens, toute seule, j'ai appris les transports en commun, j'ai appris à re manger dans des restaurants parce que là-bas le vegan et le gluten-free ça existe. J'ai appris à vivre dans un immeuble infesté de souris, j'ai appris à avoir une météo de merde et se dire que c'est pas grave, j'ai bossé l'escalade, j'ai repensé un livre et appris la dramaturgie, j'ai appris à vivre dans un appartement minuscule (mais magnifique), j'ai appris à avoir peu de fringues, j'ai appris l'anglais, j'ai appris à aller travailler toute seule à la bibliothèque, j'ai appris à me sentir bien dans une ville et à l'apprendre par coeur (ou presque). J'ai repris le sport, j'ai fait mes premiers 10 kilomètres sans avoir peur de ne pas y arriver et même un 12 kilomètres. 

Pour ça, Edinburgh, je t'aimerai toujours. 

Et puis il a été temps de rentrer. Le Brexit, l'emploi, tout ça... On ne se voyait pas rester là-bas.

Nous avons passé quelques mois en France. Pour réaliser un grand projet que nous avions avec Ewen depuis plusieurs mois. Investir dans la pierre. Voilà, je le lâche là comme ça, sans avoir plus envie d'en parler parce que c'est personnel. C'était un rêve pour moi d'avoir un toit quelque part, c'est chose faite. Des semaines de recherche, des journées entières de ponçage et de peinture (ah bah ouais, on montre que ce qu'on veut sur Instagram) et des semaines d'attente pour signer (oui nous on fait les travaux avant signature). Si un jour, tout tourne mal, nous avons un toit. Ça nous a demandé des efforts, du temps. Au même moment, je continuais à réécrire un livre. Parce que être écrivain, c'est toute ma vie. 

J'ai entamé l'écriture d'un nouveau roman en Août. Une idée que j'avais eu et je me suis dit qu'il était temps d'y aller. D'écrire la première page. 

Ensuite j'ai marié mon frère aîné. Et en 2019, mes neveux et nièces ont eu 1 an, 2 ans, 4 ans, 6 ans et 6 ans. J'espère ne pas m'être plantée. 

Ensuite j'ai eu 31 ans et pour la première fois, je n'ai pas vraiment fêté mon anniversaire. 

Puis il a été temps de repartir. Après avoir squatté chez les beaux-parents, Ewen et moi on a eu besoin de retrouver un chez-nous. Ce chez-nous on le voulait ici à Amsterdam. Recherches de boulots, d'appartements, et pouf, on est parti. 

C'est marrant car sur la route pour aller là-bas, j'ai appris une fausse mauvaise nouvelle pour ma "carrière" d'écrivain. Une claque. Vous savez le genre de claque qui vous fait pleurer fort pendant une heure. Au point qu'après vous êtes fatigués, vidés... Et puis comme à chaque fois, après avoir pleuré (pourtant Dieu sait si ça m'arrive pas souvent de pleurer) (et Dieu sait que j'aimerai pourtant) (mais que voulez-vous, les risques de trop se blinder), je reprends ma quête. 

Je continue à écrire ce nouveau livre. 10, 20, 30 pages plus tard, l'entrain est toujours là. Comme un masque à oxygène pour ne pas regarder la fausse mauvaise nouvelle en face. 

J'ai trouvé un job dans un service client, dans une équipe française pour gérer des clients français. Ça va faire presque un mois. Le retour au salariat. La société de consommation dans toute sa splendeur. Mais pour le moment, ça va. Et je fais 16 kilomètres de vélo par jour pour aller et revenir du boulot. Cardio is my new mantra. Oh et j'ai promené des chiens avant ça aussi. Meilleur job du monde, mais le plus dur aussi. Un jour, je vous en parlerai. Si vous voulez.

Mon éditeur pour mon roman Quand s'en ira la peur a décidé de faire un break et m'a libéré de mon contrat. Je me retrouve (et c'est tant mieux) avec presque 200 exemplaires sur les bras. Les 200 derniers exemplaires de tous les temps. Oui, mon premier roman a fini sa vie. Coup dur n° 17 de 2019. 

Et puis on arrive à aujourd'hui. Quelques jours avant Noël, avant la Nouvelle Année, les résolutions et les repas avec trop de bouffe. 110 pages sur mon nouveau bouquin. Et un énorme brouillard en face de moi. 

Alors 2020, ce sera quoi ? Est-ce que le pétrissage de ma personne pendant toute une année va permettre cette année de faire de moi un bon pain, une bonne pâte ou alors est-ce que le levain n'aura pas monté, me laissant toute plate ? Je m'attends à tout. Je vais en tout cas essayer de cultiver tout ce que j'ai appris cette année. Ne jamais s'arrêter.

L'ENDURANCE. 

Et vous ? Votre année ? Votre vie ? Elle a quelle goût en ce moment ? C'est quoi votre mot ?  

xx

Commentaires

  1. Wowow, quelle année pour toi Manon !

    Ca a dû être difficile de garder le moral dans cette course d'endurance lorsqu'on ne sait pas forcément où se trouve la ligne d'arrivée. Mais tu l'as fait !

    Je te rejoins concernant le rêve d'avoir son propre toit. Ce n'est pas encore une réalité de mon côté, mais je garde toujours cet objectif dans un coin de ma tête.

    En début d'année j'avais décidé que mon intention/le mot de l'année serait "libération" et j'avais demandé à laisser derrière moi "la peur". J'ai fait des progrès monstrueux à ce sujet mais il y a encore des sujets (énormes) qui n'ont pas fini de guérir mais au moins j'ai avancé :)

    Comme tu t'en doutes, je serais hyper contente que tu écrives un article concernant le job de promeneur de chien. Est-ce difficile d'en promener plusieurs à la fois ? Comment faire s'il y en a avec des rythmes différents ? Est-ce qu'il t'est arrivé d'avoir l'impression de pas savoir gérer une situation ? Est-ce que les chiens s'auto régulent ou y-a-t-il des prises de becs pour montrer "c'est qui qui domine" ?

    Bonne journée à toi <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sybille :) C'est exactement ça, mais je pense que la vie se définit ainsi, sans ligne d'arrivée. Ou alors si ligne d'arrivée, il y a, c'est vraiment la fin.

      Je suis ravie de voir que tu as avancé pendant ton année et j'espère que 2020 sera une confirmation de ton envie de libération. Même s'il faut toujours laisser le temps au temps.

      Ouiiii je ferais un article ! Dans quelques temps. Mais si toutes ces questions te démangent trop, écris moi un mail et on en parle !

      Bisous !

      Supprimer
  2. Quelle Année pour toi ! Plein de courage pour la prochaine, elle ne sera que meilleure. 2019 ici c'est quoi ? C'est décidé de se prendre en main après les coups durs de la vie, de se dire que les meilleurs partent les premiers, et qu'il est temps de se bouger et de "s'accomplir" avant qu'il ne soit trop tard. Tout ça s'est soldé par la démission d'un taf devenu pourri et le retour à l'Université sur un coup de tête. C'était le meilleur choix de ma vie. On y croit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mathilde ! Et bravo ! Je te souhaite tout le meilleur pour 2020 et que cette reprise d'étude soit magnifique !!!! Bravo bravo ! Je t'envoie tout plein de positif pour ce nouveau challenge.

      Supprimer
  3. C'est fou parce que depuis un an je suis beaucoup tes aventures,
    Moi aussi je m'appelle Manon, moi aussi jai tout plaqué en 2019 pour recommencer ailleurs, autrement.
    Malheureusement jai perdu beaucoup plus que je nai gagné
    Je ne dis pas ça pour attirer la pitié, je voulais juste te dire que même avec les galères, ça finit par aller mieux, et jai appris beaucoup
    Alors fais toi confiance, et ne te culpabilise pas trop 🙂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Manon pour ton commentaire ! je suis tout à fait d'accord avec toi. La vie ce sont des hauts et des bas et ça permet d'apprendre beaucoup :)
      Merci...

      Supprimer
  4. C'est extérieur comme point de vue, donc c'est facile à dire mais en regardant de loin comme ça, je la trouve plutôt belle cette année 2019, non ?
    Après, je ne sais pas à quel niveau étaient les mauvaises nouvelles mais bon, tu a aussi beaucoup avancé dans la vie et vers ce que tu voulais.
    En tout cas, en 2020, je vais faire en sorte de venir te voir dans cette ville que j'adore ♥ Et parce que tu fais partie des chouettes personnes que j'ai rencontrées !
    Bisous,

    Manon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle n'est pas affreuse mon année c'est sur... Et les mauvaises nouvelles, ce sont des mauvaises nouvelles. Enfin je veux dire tant que ce n'est pas une maladie incurable, on se remet de tout, je crois.
      OUIIII VIENS à Amsterdam !!!!!! Ce serait trop chouette. J'aimerai tellement te revoir !
      Bises

      Supprimer
  5. Je le trouve très franc, et donc très beau, ton bilan.
    On met souvent en avant le positif et la façade sur les réseaux, sauf que la vie, c'est aussi tout le reste, et que le "moins bon" nous apporte souvent beaucoup plus que le tout lisse.
    L'aventure de l'écriture (puisque c'est celle que je connais parmi celles que tu évoques) est une drôle d'aventure, faite de hauts et de bas, c'est certain. Être chez un "petit" éditeur est une route pavée d'incertitudes. Mais qu'est-ce que c'est formateur ! Et puis tu vois, je trouve que ça permet de ne pas se reposer sur ses lauriers, et de continuer de travailler, de progresser.
    Rien n'est acquis.

    Je te souhaite de belles fêtes de fin d'année et plein de belles choses pour 2020 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Oui l'écriture n'est pas un cheminement de tout repos. Mais le jeu en vaut la chandelle et fait sacrément grandir.
      Belles fêtes à toi aussi ! Plein de bonnes choses pour 2019 !

      Supprimer
  6. Hello !
    C'est courageux de faire un bilan de son année. Reconnaître ce qui a fonctionné, ce qu'on croit avoir raté... Tout arrive pour une raison, et comme disent les Américains "Never a failure, always a lesson" !
    Ce que je retiens c'est que tu as de l'audace, de la créativité et de la résilience. Peu de personnes peuvent s'en targuer !
    Je te suis depuis ton premier blog et c'est intéressant de voir ton évolution à tous points de vue.
    Bonne fin d'année et le meilleur pour 2020 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon dicton made in USA ! Merci pour ton commentaire.
      Et merci de me suivre depuis mon premier blog ! Wahou, ça me semble si loin et ça me touche tellement de savoir que des personnes comme toi sont toujours là. Alors merci ! et plein de belles choses pour cette année !

      Supprimer
  7. Je te remercie pour cet article plein de sincérité et d'authenticité. Ca change des paillettes et des hypocrites! Au moins, tu dis les choses comme elles sont! Parfois le pire sort du meilleur et le meilleur sort du pire. Ces sentiments opposés s'attirent comme des aimants. Et puis il y a des années marquantes où il y a un avant et un après et un déclic intérieur. Je te souhaite plein de bonheur pour la suite! Au moins quand on fait ce qu'on veut, on n'a pas de regrets!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Amélie pour ton commentaire :)

      Supprimer
  8. Cassie1/07/2020

    Salut,
    Eh bien, quelle année, vous en avez fait des choses pendant 2019 ! Pour moi aussi, ça a été assez tumultueux et je dois dire que, par moment, j’avais hâte que cette année se termine.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)

Articles les plus consultés