faire le tri : est-ce qu'on regrette ?

by - 10/15/2018

Vous savez, le zéro déchet, le minimalisme, tous ces mouvements "écologiques" ont pour point commun "le moins". Le tri est une étape cruciale pour essayer de retrouver du sens dans sa façon de consommer. J'ai toujours un peu trié, me séparant de choses que je ne trouvais pas utiles mais aussitôt je les remplaçais. Je n'étais dans aucune démarche. Mais depuis que je trie pour mieux consommer et mieux vivre avec mes objets, j'ai du me séparer d'au moins 70% de mes possessions. C'est une estimation à la louche mais je pense en être là aujourd'hui. D'autant plus que mes parents ayant quitté la maison familiale, j'ai fait un grand ménage dans ma chambre d'enfant. Tout ce que je possède est dans mon appartement et aujourd'hui je me rends compte que c'est pas tant que ça.

Faire le tri, ça fait du bien. C'est presque addictif... Et comme je suis une personne qui voit toujours le négatif avant le positif, je me suis toujours demandée si UN JOUR j'allais regretter. C'est l'objet de cet article : est-ce qu'on regrette après avoir fait du tri ? 

Récemment, j'ai été plus loin dans mon tri, notamment de vêtements mais aussi de livres. J'ai vidé une bonne partie de ma bibliothèque, moi écrivain. Et j'ai mis un dernier coup dans mon dressing. Comme je vous l'expliquais dans l'article Comment faire le tri dans son dressing, je suis arrivée au tri engagé ++ !

J'ai vendu des pièces de mon dressing que j'aimais bien, qui m'allaient bien MAIS. Il y avait ce MAIS. C'était des pièces que j'avais en double. Un autre pull, une autre veste en jean et surtout qui n'avait aucune valeur sentimentale. 

Quand je regarde des vieilles photos de vacances, je vois souvent des vêtements dont je me suis séparée. Il y a peu de rescapés depuis 6 ou 7 ans car mon style a évolué (ou plutôt il s'est confirmé). Et je me dis : "oh c'est vrai j'ai eu ça, oh j'ai porté ça". 

Est-ce que le regret a déjà traversé mon esprit ? 

NON. C'est bien ça le plus incroyable dans l'histoire. Mon dressing actuel, mes possessions actuelles me satisfont à 100%. Niveau objet de décoration, je n'ai presque plus rien et à chaque Noël ou anniversaire je dis toujours : SURTOUT ne m'offrez pas de décoration (parce que ça ira chez Emmaüs). Je n'ai plus aucune pitié pour les objets qui clairement ne servent à rien dans mon intérieur. C'est pareil pour les vêtements. Je connais mes basiques, j'ai tout ce dont il me faut. Le fait d'être arrivé à un stade de satisfaction totale à l'égard de ma vie matérielle me permet de me concentrer sur mon expérience de vie. C'est la clé qui ne laisse place à aucun regret. Parfois une nostalgie. Par exemple, j'avais fait de la TV il y a quelques années sur une chaîne locale et je pense parfois au chemisier que je m'étais achetée exprès pour l'occasion (un top jaune en polyester qui te fait sentir le poney au moindre coup de stress) (cf la photo de cet article). Est-ce que je le voudrai aujourd'hui ? Non. Mais je me souviens de ce top comme d'une anecdote. 

Ce que je veux dire, c'est que n'ayez pas peur des regrets. Si vous vendez un vêtement, tant que ce n'est pas un objet de famille ou quelque chose de grande valeur financière, le regret ne sera pas là. Même les livres : "je ne me débarrasserai jamais de CE livre", bah en fait si... Aujourd'hui je ne garde que les livres importants (Simone dB, Sagan, des livres qui m'inspirent) et les autres je les mets dans des bibliothèques de rue ou chez Emmaüs. 

Avez-vous déjà regretté de vous être séparés de quelque chose ? Un vêtement, un livre, un objet ? Je suis curieuse d'avoir votre retour. Ou alors hésitez-vous à jeter certaines choses par peur du regret ? 

xx

You May Also Like

8 commentaires

  1. Combien de fois je me suis dit "est ce que je vais regretter ?"... Souvent oui. Mais au final, je faisais quand même et je n'ai quasiment (il me semble que ça ne m'est arrivé qu'une fois...) jamais regretté aucun tri, bien au contraire. Par contre, comme beaucoup de mes affaires sont des cadeaux, j'ai le moment de culpabilité parce que "ça ne fait pas, c'est un cadeau". Et oui, les vieilles idées éducatives qui sont bien, biieen ancrés en nous. Pour le coup, ça peut prendre du temps avant que je me débarrasse, ce qui est con parce qu'au final, les gens s'en foute de ce que je fais ou pas de leur cadeau en général et moi je ne regrette pas le tri. On n'est jamais mieux bloqué que par soi-même ! (quand vais je oser me débarrasser de cette fichu chenille-alphabet-peluche de 2m......)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait ce sentiment et finalement quand ça me le fait encore, je me demande si ce que ça me ferait si c'était l'inverse. Si j'offrais un cadeau à qql et qu'il se forçait à le garder... Je trouverai ça triste, surtout qu'il est quand même assez rare de mettre TOUTE son âme dans un cadeau et quand bien même... Si ça peut t'aider !

      Supprimer
  2. C'est rigolo, en voyant cette photo je me suis dit "On dirait presque une ancienne vie, tellement ça ne lui ressemble pas" (comparé à comment tu te présentes sur les réseaux sociaux hein puisque je ne sais pas comment tu es dans la vraie vie) !

    Concernant le tri, je n'ai pour l'instant jamais regretté... mais comme Claire dans le commentaire au dessus, j'ai beaucoup de mal à me séparer des cadeaux. Je culpabilise, j'attends quelques années avant que son sort soit décrété.

    Pour les livres, je laisse tous ceux qui n'ont pas été un énorme coup de coeur dans l'entrée de mon immeuble et j'en récupère de la même manière puis eux-mêmes retournent en bas, etc. :) C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup dans mon immeuble (la seule d'ailleurs haha):

    PS. As-tu eu un poste régulier à la TV ou était-ce pour une interview ? C'est intriguant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahahahah mais c'est une ancienne vie. Je compte bien en avoir plusieurs !

      Pour le tri, ma solution perso dans ma réponse à Claire au dessus ahah

      C'est bien ton système pour les livres, ça devrait être automatique partout mais ça dépend du voisinnage aussi...

      J'ai animé une chronique pendant quelques mois toutes les semaines. Tous mes passages sont sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/pg/manonlecorblog/videos/?ref=page_internal J'ai BEAUCOUP changé depuis... J'assume parce que c'était une drôle d'expérience mais bon ce n'est plus moi...

      Supprimer
  3. J'avais lu une fois dans un article "si on ne s'est pas servi d'un objet pendant au moins 1 an, alors on peut s'en séparer car il n'est finalement pas si utile que ça". Appliquer cet adage aide beaucoup. Ayant dû beaucoup déménagé, forcément, on se rend compte de l'importance d'être "léger". Ceci dit, je suis une grande sentimentale et j'ai quelques objets et des livres auxquels je tiens beaucoup et je ne vois pas l'intérêt de m'en séparer. J'avais vendu quelques livres que j'adorais il y a quelques années et...je me les suis rachetée. En fait, je me dis: est-ce que j'ai envie de le relire? Si la réponse est oui, je le garde sinon, vide-grenier. Par contre, je fuis les cadeaux et je n'ai aucun scrupule à me débarrasser des objets que je n'aime pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore : "je fuis les cadeaux et je n'ai aucun scrupule à me débarrasser des objets que je n'aime pas" ! Mon mantra ! Pour le coup des un an sans avoir utiliser un objet, je l'ai lu aussi et je trouve ça hyper pertinent !

      Supprimer
  4. Nadège10/19/2018

    Je partage ton point de vue.
    Après un grand tri réalisé dans mon dressing, mes livres et ma déco, je ne regrette aucun objet vendu ou donné.
    Le tri de mon dressing m'a permis d'identifier le type de décoration faite pour moi.
    C'est en différenciant ce que je trouve beau mais qui n'est pas fait pour moi et ce que je trouve beau et dans lequel je me sens bien, que j'ai compris dans quel environnement je souhaitais vivre.
    Ce qui m'entoure à présent a son utilité et me plait.
    C'est comme si j'avais créer ma petite caverne d'ali baba sur-mesure et non :)

    RépondreSupprimer
  5. Entièrement d'accord, je n'ai jamais eu à regretter, et pourtant c'est LE frein que je constate le plus souvent dans mon entourage. Une personne de ma famille, championne en stockage, complètement à 180° par rapport à moi, en particulier. A chaque fois que l'on se voit, c'est les mêmes échanges :
    "Tu devrais avoir ça"
    "Tu pourrais récupérer ça."
    "Ça te serait utile d'acheter ça."
    "Non, non, non."
    Le problème, c'est que c'est usant de devoir sans cesse argumenter / justifier. Du coup, heureusement qu'on ne se voit pas souvent (mettre de la distance avec la famille et la belle-famille, au final, c'est plutôt pas mal).

    En tout cas, je constate que plus je trie, moins c'est difficile.
    Mais je ne suis pas minimaliste pour autant, j'ai énormément de merdier. Vivant à la campagne, il y a quand même des compromis à faire.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)