vivre avec moins

by - 8/08/2018


Vivre avec moins. Je ne vais pas vous dire de vivre avec moins de tee-shirts ou moins de tasses à café. Je ne vais pas vous parler de tri. Je vais vous parler du fait de vivre avec « MOINS ». Depuis deux ans maintenant, j’ai quitté mon ancien boulot. J’étais salariée dans une entreprise, je ne gagnais pas des cents et des mille, mais je gagnais ma vie. J’exerçais le métier que je savais faire. Je pense que je le faisais plutôt bien, du moins c’est ce que les gens disaient. Mais je suis partie. Le pourquoi ne vous regarde sans doute pas, et après tout, faut-il un pourquoi. Aujourd’hui, je vais vous parler de l’après.

Quand j’ai décidé de quitter mon emploi, je ne savais pas où j’allais. Je me suis laissée portée par la vie. Une opportunité s’est présentée, j’ai décidé de me mettre à mon compte. Quitter un CDI pour se mettre à son compte, c’est voir diminuer son niveau de vie drastiquement. J’ai alors appris à vivre avec moins. 

Lorsque j’avais été interviewée par un magazine de déco l’année dernière, il avait titré un truc du genre « de fashionista à zéro déchet » et beaucoup de gens sur Facebook m’avait critiqué. Une critique m’avait particulièrement touché (elle était revenue plusieurs fois en plus) : « encore une riche qui veut vivre comme une pauvre ». Je tiens à préciser, si vous pensez ça à la lecture de cet article, que ça n’a rien à voir. Je trouve même que ce genre de réflexion est incorrecte et méchante. 

Vivre avec moins et découvrir le bonheur. C’est ça, la clé ! En vivant avec moins, je consomme moins. J’ai moins d’argent et mon argent est devenu beaucoup plus précieux (freelance, sueur de mon front). D’autant plus que je suis aidée par Pôle Emploi (OMG elle le dit ouvertement), oui sinon en effet je serai pauvre (comme les gens aiment l’entendre), cette aide je ne la flambe pas. Je l’investis dans mon activité ou je l’épargne. Avant mon salaire était une récompense à la fin du mois. Aujourd’hui, l’argent que je gagne/touche m’aide à m’améliorer et à optimiser l’avenir. 

Comme mon niveau de vie a baissé, tout a baissé dans ma vie. Mon dressing, mes possessions, ma décoration... J’ai vendu beaucoup de choses en deux ans. Bah oui, il fallait que je me mette à mon niveau. PARCE QUE C’EST ÇA le truc. Si tu gagnes 1000 €, tu te débrouilles pour vivre avec 1000 €. Si tu gagnes 1500, tu vis avec 1500, si tu gagnes 3000, tu vis avec 3000. Vous me suivez ? On peut devenir prisonnier de son salaire et son niveau de vie. 

Je cherche sincèrement aujourd’hui à réduire au maximum le lien entre mon confort et l’argent. J’y arrive dans tout un tas de domaines, d’autres c’est plus difficile, mais je me débrouille. Et se débrouiller, c’est chouette. 

Encore une fois, si vous lisez cet article et que vous êtes dans une détresse financière, n’y voyez pas une insulte. Je ne dis pas qu’il faut se démerder avec ce qu’on a. Je dis juste que l’argent ne doit pas définir notre façon de vivre dans le monde. Et vivre avec moins permet de mieux apprécier les choses simples. 

On n’a pas tous besoin de tout ce que la société nous impose. L’exemple de la TV que j’ai sorti de chez moi. Mais aussi de toutes les choses que je n’achète plus

Et vous, aimez-vous vivre avec moins ? Cherchez-vous à changer votre rapport à l’argent et aux possessions ? 

xx

You May Also Like

34 commentaires

  1. J'ai adoré ton article❤

    RépondreSupprimer
  2. J'apprécie beaucoup ton article et je tend de plus en plus aussi vers cette réflexion ! Tu donnes l'exemple de la télé qui en l'enlevant te permet d'éviter la taxe télé et bien mine de rien ça fait faire des économies sur des années ! et si l'on fait ça sur plein de choses on se rend compte que l'on peut économiser plutôt facilement ! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Tellement vrai!!! J'avais beaucoup, et suite à un changement de vie, j'ai tout perdu, mais cela fait tellement de bien. Je le lisais avant mais ne comprenais pas, de toute manière il faut le vivre de l'intérieur, car c'est un travail intérieur qui doit s'opérer, il faut être sincère et prendre ces coups durs, comme une chance de se découvrir réellement.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu beaucoup d'articles sur cette thématique liant minimalisme et niveau de vie (très) aisé. Et c'est vrai que le minimalisme mis en avant, quand on ne creuse pas, ce sont ces images pinterest blanches et lumineuses, avec des meubles de bon goût et hors de prix, dans des espaces qui ne laissent pas le doute quant aux moyens financiers de leurs propriétaires. Le minimalisme, c'est "in". Il faut aller plus loin, ce que n'ont pas fait les gens qui t'ont critiquée, pour voir la sincérité de la démarche chez beaucoup de gens, chez toi chez tous ces gens du groupe Facebook des licornes, comme elles s'appellent, toutes ces personnes qui ont un vrai souci de l'écologie et qui, comme tu le soulignes, cherchent simplement à vivre avec leurs moyens, ou avec moins.
    Je tends aussi à tout cela, mais c'est un long chemin. Cela étant, je crois qu'en effet minimaliser ses possessions c'est, malgré la sincérité, un luxe : la vraie pauvreté n'a pas le choix de garder ou de se débarrasser d'un objet, puisqu'elle n'a pas les moyens de le posséder en premier lieu...
    Pour finir, j'ai beaucoup aimé ton article et j'aime beaucoup te suivre sur instagram. C'est drôle parce que je connais ton compte depuis plusieurs années et que justement, j'étais partie à ton époque de consommatrice ; aujourd'hui, tu fais partie de mes favoris :) Passe une bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton retour !
      J'entends tout à fait que minimaliser ses possessions c'est un luxe, mais consommer à outrance sans se soucier de l'impact est aussi un luxe, par rapport à la pauvreté que tu décris. Plus de sobriété, selon moi, permettrait de réduire PEUT-ÊTRE les différences sociales : le jour où on arrivera à ne plus se dire JE VEUX UN SHORT NIKE, mais J'AI BESOIN D'UN SHORT POUR HABILLER MON CORPS.
      Merci beaucoup pour ton soutien !
      A bientôt xx

      Supprimer
    2. Virginie8/09/2018

      Oui, c'est certain, le monde a tout à gagner à plus de sobriété ! De plus en plus de gens prennent conscience que pour être heureux, mieux vaut être qu'avoir on est sur la bonne voie :) (bon sauf pour ces gens qui ont un besoin maladif de montrer qu'ils ont PLUS).

      Supprimer
  5. Melissa8/09/2018

    Salut Manon,
    Très chouette cet article, à vrai dire j'aurais même voulu que tu l'approfondisses encore plus pour connaire encore plus en détails le fond de ta reflexion!
    Pour info je trouve ça dingue que tu te sois pris des remarques aussi méchantes, mais mon expérience n'est pas très différente malheureusement. j'ai noté que lorsqu'on souhaite changer ses habitudes, et peut etre encore plus quand ça a trait à l'écologie, on derange les gens (remarque hallucinante d'un pote de lycée à qui mon compagnon et moi venions d'annoncer que nous nous mettions au végétalisme: "ben si tu t'inquiètes de ton impact sur l'environnement t'as qu'à te suicider". Okaaaaaaaaay merci du conseil !!!). Tout ça pour dire qu'il y a des idiots partout, reste fidèle à toi meme il y a des tas de personnes qui voient les choses comme toi (tu dois t'en douter via ton activité digitale).
    En tout cas il y a clairement un phénomène de société sur notre génération, j'ai moi meme démissionné d'un CDI bien payé dans une boite de conseil (humainement horrible) suite a un gros burn out. J'ai fait un bilan de compétences, envisagé de me reconvertir dans l'enseignement (j'adore ça), et finalement j'ai accepté un job intéressant pour une boite de transports en commun (ce dont j'ai tjs rêvé). Mais j'ai du coup énormément réfléchi à comment diminuer mon train de vie et bcp de choses que tu écris font écho en moi! (Les produits menagers maison, le shopping raisonné..). Le plus "ouf" pour moi et relativement récent c'est la prise de conscience que je n'ai pas besoin de maquillage. C'était un gros budget et surtout du temps perdu matin et soir ! Mais j'ai longtemps pensé que j'étais moche sans... aujourd'hui j'ai changé mon regard.
    Pour le parfum si tu passes par Paris je pourrais t'offrir un flacon que j'ai de mon ancien boulot (je bossais dans le luxe). Ceci étant il doit aussi cpntenir des ingredients pas ouf!
    Bref bonne continuation à toi et keep the spirit ! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Melissa pour ton commentaire, ton histoire est très touchante !
      J'entends bien le fait que je n'approfondisse pas toujours assez mais il est parfois "dangereux" d'exposer trop ses idées... Surtout sur des sujets facilement détournables comme celui-ci...

      Supprimer
  6. J'ai vu le reportage Minimalism. Après avoir voyagé plus de 6 mois avec un sac de 11kg, j'ai vraiment envie de vivre avec moins. J'ai assez de vêtements pour ne plus mettre un pied en magasin. Bien assez de gadgets. De produits de beauté. Je ne vais pas jeter car je n'aime pas ça, mais user jusqu'à la corde et éviter de racheter, faire soi même etc ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Woa j'aimerai tellement voyagé avec un sac à dos contenant seulement 11 kg ! Bravo ! J'adore !

      Supprimer
  7. Je quitte mon boulot fin octobre et cette réflexion me parle beaucoup. Quand j'étais petite, on n'avait pas un rond alors je vois totalement la différence entre vivre mieux avec moins ou vivre avec des problèmes financiers. Les gens qui disent le contraire sont jaloux et bien conscients que certains dépenses sont inutiles et uniquement des réponses au stress de la vie bien carrée que la société semble nous demander d'avoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Charlotte pour ton commentaire très intéressants et très vrai !

      Supprimer
  8. Anonyme8/10/2018

    Bonsoir Manon,

    J'apprécie beaucoup la sincérité de ton post qui ne peut que faire réfléchir celles et ceux qui te lisent.

    N'en déplaise aux grincheux : je trouve absolument hallucinant que des gens se permettent de te critiquer sur FB. C'est un peu facile de faire cette comparaison entre "riches minimalistes" et pauvres. Ces gens se trompent de sujet et/ou de cible. C'est juste de la bêtise, alors mieux vaut les ignorer.

    Je trouve courageux de décider de quitter un CDI pour se mettre à son compte et gagner beaucoup moins. Mais c'est aussi la seule manière de créer son propre job sur mesure et de se donner la chance d'arriver à bien en vivre un jour. Et plus tôt on le fait, mieux c'est.

    Oui, on peut devenir prisonnier de son salaire et de son niveau de vie. C'est d'ailleurs ce que le système attend de nous : bien nous accrocher à notre CDI (quand on en a un), subir des conditions de travail de plus en plus déplorables (je n'ai jamais autant entendu le mot "burn out" que ces derniers mois) et consommer sans réfléchir histoire de compenser ("parce qu'on le vaut bien") et surtout histoire de bien faire fonctionner le système. Quant à ceux qui ont le moins d'argent, on leur propose des crédits à la consommation pour qu'ils participent eux aussi à la belle machine capitaliste qui est sensée nous rendre tous heureux.

    Alors oui, dans ce contexte, il est sain de se poser des questions sur sa consommation, que l'on ait des moyens ou pas. Le lien entre le bonheur et l’argent est tout à fait relatif. Beaucoup de choses qui nous font du bien ne coûtent rien ou presque. Et vivre avec moins permet effectivement de mieux apprécier ce que l'on a déjà.

    Pour ma part, je pense que la société de demain se trouve dans notre porte-monnaie : je vote tous les jours en faisant mes courses. J'achète des produits alimentaires qui correspondent à mes valeurs (bio, petites marques souvent locales, produits de saison, pas de viande) et j'éprouve un vrai plaisir à ne pas enrichir des multinationales sans foi ni loi à chaque fois que je le peux. Par ailleurs, j'ai décidé de ne pas acheter de vêtements cette année, mais au contraire de m'alléger. Je trie, je donne, et j'ai, par tous ces gestes quotidiens, l'impression de me dé-conditionner. De retrouver mon libre-arbitre. Je me prépare moi aussi à un changement de vie à court ou moyen terme dont j'espère qu'il me permettra d'avoir plus de temps pour moi, quitte à vivre avec beaucoup moins d'argent. Je ne rêve pas d'une belle voiture, ni d'un appartement plus grand, ni de vacances aux Seychelles, ni de vêtements de marque. Non pas par dépit parce que je ne peux pas me les offrir, mais parce que je n'en ai pas besoin. Je rêve d'une société moins matérialiste, plus humaine et plus respectueuse de l'environnement que celle qu'on nous impose, et consommer moins, me poser des questions, est ma manière de ne pas rentrer dans le moule. Gageons qu'on est de plus en plus nombreux.ses à raisonner de cette manière.

    Longue vie à ton blog et à ton activité en free-lance ! :-)

    Marilyne (aka Alex.et.lily sur IG) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maryline, ton commentaire est juste WAHOU et je me sens pleine de gratitude que tu aies pris le temps d'écrire ce beau message ici. Je ne peux qu'approuver tout ce que tu dis, c'est si juste !

      Supprimer
  9. Wa, cet article est tellement vrai. J'ai actuellemment un boulot que je vais quitter pour reprendre les etudes en septembre .. je me suis beaucoup habituée à avoir un salaire et m'acheter ce que je veux quand je veux. La situation va changer à partir du mois de septembre et j'espère ne pas rentrer dans ce cercle vicieux qui est l'argent.

    bisous à toi

    www.ohmygabs.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'y fait toujours avec moins :)
      Bonne reprise d'études !

      Supprimer
  10. Coucou, je découvre ton blog et ce magnifique article ! Je suis assez choquée des remarques que tu as pu recevoir. Je crois que, malheureusement, ce genre de commentaire n'est en réalité que le reflet d'une jalousie. Peut-être que cette personne avait peu d'argent et qu'elle est incapable d'économiser et de vivre avec moins, alors elle t'en veut de le faire. Je crois que tout le monde devrait suivre cet exemple, acheter est devenu une addiction de nos jours, et c'est très difficile de s'en débarrasser. J'essaie tous les jours d'éviter les achats inutiles dans le but de vivre de ce que j'ai, comme toi. :)

    RépondreSupprimer
  11. et bien merci pour cet article ! je suis complètement dedans aussi. 2 ans que je me suis lancée en micro entreprise avec l'aide du chômage pour me lancer. j'ai appris à vivre avec moins petit à petit. Au début ce n'était pas si facile mais maintenant je sais où vont mes priorités et je ne me sens absolument pas frustrée. J'ai appris à faire du tri autour de moi et à vivre plus simplement.

    Bravo pour cet article !

    à bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Olivia ! Un retour d'expérience comme le tien est très inspirant !

      Supprimer
  12. Je me retrouve tellement dans ton article.
    Y'a quelques mois j'ai perdu mon emploi. Au-delà du fait que je faisais officiellement partie des millions de chômeurs, je vivais surtout une détresse sociale. Je n'arrivais pas à accepter que cela pouvait m'arriver à moi.
    Ensuite est venue la pauvreté, aucun salaire et aucune aide. C'était dur. Très dur. J'ai accumulé les contraventions de la RATP. Les fins de mois étaient une torture. J'ai regardé en arrière et je me suis dit "tu es une esclave". Je me suis rendue compte que j'étais devenue esclave de mon salaire. Que j'avais perdu le sens du mot "valeur".
    J'ai appris à vivre avec moins un peu par obligation au début. Aujourd'hui, je sors la tête de l'eau (je viens de signer un nouveau CDI) et je ne veux pas revenir à cette vie. Je veux me concentrer sur l'essentiel et surtout aider (parce qu'il le faut).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton témoignage très touchant...

      Supprimer
  13. Anonyme8/16/2018

    Bonjour Manon,
    Superbe article ! Je partage tes observations et tenais à le dire :)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve cette remarque sur le fait d'être esclave de son salaire très pertinente. On s'habitue vite dans un sens et ça rend le passage à quelque chose de plus risqué difficile.
    Pour autant ... je dois bien avouer que je suis contente de gagner un salaire qui m permette d'être plus légère après quelques années de galère pendant mes études. J'ai un vécu personnel qui me pousse certes à chercher le minimalisme mais aussi à m'assurer que j'ai une sécurité matérielle.
    Si le sujet t'intéresse, je me souviens d'un bon article dans le magazine Liaisons Sociales sur les salariés de jobs tertiaires qui quittent tout pour faire un job rêvé (ex : artisanat) et le fait qu'effectivement, ils ont du mal au début. Il y a un décalage âge/expérience/salaire reçu et d'autres difficultés.
    Le sujet n'est pas simple, mais je trouve que la manière dont tu en parles intéressante est toujours intéressante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !
      Vraiment loin de moi l'idée de comparer une situation de précarité à une situation de sobriété. Avoir un salaire correct et une consommation minimale n'empêche pas (et c'est ce que je fais) de mettre de l'argent de côté pour les coups durs etc... Merci pour la reco, je vais regarder ça ! Belle journée

      Supprimer
  15. Cécile8/24/2018

    Je me retrouve vraiment dans ton article.
    Quand mon conjoint a quitté son CDI du jour au lendemain pour se lancer dans l'entreprenariat, les gens se sont tous sentis dans l'obligation de nous regarder avec un air consterné/plein de (fausse) pitié. On pouvait lire dans leurs yeux : quelle inconscience, quitter le confort d'un CDI alors qu'on a des enfants à charge.

    Je suis bien contente de leur montrer chaque jour que ce choix peut-être osé a été une révélation, professionnelle pour lui et un déclencheur pour notre famille.

    Vivre mieux avec moins c'est possible, cela nécessite de faire des choix et non des sacrifices comme le pensent les gens. Alors oui on a eu quelques nuits à réfléchir, à se soucier, mais nous étions lancés dans le grand bain, il fallait nager...

    Etonnement les personnes qui nous plaignaient à l'époque sont celles qui aujourd'hui donnent des leçons car on a le "luxe" de consommer mieux que la plupart d'entre elles et elles envient la réussite professionnelle durement acquise dans l'entreprenariat...

    Je crois que ça a vraiment été une révélation car faire le choix de vivre avec moins libère d'une part de la pression sociale que l'on subit au quotidien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton témoignage Cécile !
      Une vraie leçon de vie !

      Supprimer
  16. Corinne8/28/2018

    Bonjour Manon ! Je suis tombée sur ton blog par hasard (par Hellocoton) et j'aime beaucoup ton écriture !

    Moi aussi j'apprends à vivre avec "ce dont j'ai besoin". Parfois, c'est difficile mais c'est tellement gratifiant lorsque tu vois que tu as consommé en nourriture tout ce que tu as acheté et donc "zéro gâchis"!

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme9/18/2018

    j'ai été amené à "vivre avec moins" car le métier que j'exerce est assez précaire et ce que je tire de cette expérience, si tenté qu'elle en soit une, c'est que ça transcende, au sens de la résilience. Ça m'a fait découvrir que j'étais capable de mettre en place des ressources que je n'avais pas forcément explorer et que nous en sommes tous capables (je pense qu'on est encore loin des années de guerre qu'on vécu nos grands parents et arrières grands parents bien entendu). j'appelle ça "opération système D." ,je dois alors développer un peu mon imagination pour manger un plat pas boring pour ma fille et qui soit sain, je vends des trucs que je n'utilise pas pour avoir un peu de cash, je fais appel à une forme de soutien ou plutôt du donnant-donnant, dans mon immeuble on fait du troc aussi...
    En outre, ça aide à faire des rencontres entre voisins, à être fière d'avoir réussi à tenir, a garder le smile alors que c'est pas hyper génial de foufou à vivre et puis lorsque les temps sont meilleurs et que je m'offre un thé que j'adore avec une part de gâteau home made et que je fais à ma fille son plat préféré.....leur gout est encore plus savoureux :)alors j'en donne une part à la petite mamie du bout de la rue.

    PS: j'ajouterais aussi que le fait d’être écolo est économique sur certains points, pas sur tous, ne nous voilons pas la face : je me lave avec un savon de marseille et j'en ai un 2iéme pour laver ma vaisselle soit 3 euros fois 2 pour plusieurs mois, j'ai juste du vinaigre blanc à 40 centimes la bouteille pour nettoyer toute ma maison du sol au plafond . j'en suis fière, fière de ne pas polluer l'air de mon appart, celui que je respire ainsi que chaque personne qui passe le pas de ma porte. Quand une copine vient avec un bébé, je me dis ouf, il ne met pas ses mains sur du Silit bang serieux

    easy/clean/proud tel est mon credo (ahaha je vais lancer ma marque ou travailler dans la com' XD)

    Souvent mes amis raillent un peu ma façon de vivre (et n'y vont pas de main morte) alors je les regarde dans les yeux sans agressivité et je pose une seule question : Et toi, tu fais quoi?. Au moins j'essaye, je suis peut être une goutte d'eau dans un tsunami mais au moins je suis une goutte d'eau. Et puis je veux avoir mon libre arbitre et ne pas me laisser guider par le bout du nez par des pubs ridicules valorisant un produit pétrochimique, personne n'a à me dicter ce que je dois consommer ou ce à quoi j'aspire. je ne suis pas un pigeon mais un être humain.et enfin, je ne dois rien à personne sauf à l'enfant que j'ai mis au monde et pour laquelle je dois être un modèle et que je me dois de protéger. C'est aussi ça être parent....


    xoxo Amelle San (instagram)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)