Lecture #93

by - 7/02/2018

chroniques-de-l-oiseau-a-ressort-murakami.jpg

Attention, chronique un peu particulière car ce livre a été une grosse claque pour moi. Un livre étrange qui m'a profondément touché. Je le mets presque au même niveau de Mémoire d'un jeune fille rangée. C'est la première fois que je lisais un livre de Haruki Murakami. Chroniques de l'oiseau à ressort n'est pas nouveau, si je ne me trompe pas, il est sorti en 1994 au Japon en 3 volumes. En France, on ne reste pas joué avec 950 pages au format poche. Il m'a occupé pendant 10 jours. Ce livre raconte l'histoire d'un japonais trentenaire au chômage qui vit avec sa femme. Il se fait un peu chier et ne sait pas trop quoi faire de sa vie, alors que son épouse a une vie professionnelle plutôt riche. L'intrigue commence avec la disparition de leur chat. Puis de l'épouse. Je l'ai lu à l'arrière de la couverture, donc je ne dis rien pourtant sa disparition arrive assez tard. Je le dis, car du coup, j'ai eu ce truc de "il se sont quand même pas tromper entre la femme et le chat". Bref. 
On est sur un roman assez particulier. On rentre dans la vie de Toru Okada. C'est quasiment impossible d'en parler. Comme un rêve dont on se souvient mais dont la cohérence manque pour mettre des mots dessus. Vous voyez ? Il y a des personnages étranges, beaucoup de mystère, des pouvoirs particuliers, des choses qui arrivent... Et au milieu de tout ça, ce pauvre Toru Okada. Ce qui m'a énormément touché dans ce livre, c'est que tout du long, j'y ai vu des passages retraçant ma vie aujourd'hui. Comme si, un magicien avait transformé les mots pour que MOI, Manon, je lise ce que je ressens pour enfin y poser des mots. C'est troublant. 
J'ai donc recopié tous ces passages et bien que ce soit paradoxalement très intime, j'avais envie de les partager. Attention, y en a beaucoup. 

"Il y avait dans mon esprit, dans mon corps, dans mon existence même, un monde englouti, perdu quelque part. C'était peut-être ça qui faisait que ma vie s'écartait légèrement de ce qu'elle aurait dû être." page 19

"Il y avait vraiment tous les métiers possibles et imaginables en ce monde, chacun bien à sa place dans sa rangée comme sur un plan de cimetière, mais je ne trouvais pas un seul emploi susceptible de m'intéresser." page 89

"Si quelque chose doit arriver, que ça arrive. Si quelque chose veut arriver, qu'y puis-je ?" page 93

"Tu vois, quand on s'habitue à ne jamais avoir ce qu'on veut, on finit par ne même plus savoir de quoi on a vraiment envie." page 111

"Je ne parvenais pas à décider si, vraiment, toutes les douleurs d'autrefois avaient réellement déserté mon corps ou si elles existaient mais que j'en étais coupée et ne pouvait les ressentir. Quoiqu'il en soit, la douleur était désormais absente, de même que toute autre sorte de sensation." page 153

"Je ne peux pas trouver mon image, me dis-je à moi-même. J'avais trente ans, j'étais figé sur place, je n'avais aucune image." page 192

"Dans un monde où vous perdez tout, monsieur Okada, Nobory Wataya obtient tout. Dans un monde où vous êtes rejeté, il est accepté. Et la réciproque est vraie, c'est pour ça qu'il vous hait avec tant de force." page 467

"De quoi était fait demain ? Nul ne le savait. Et après-demain, encore moins ! Et pour commencer, personne ne savait même ce qui allait se passer dans l'après-midi." page 476

"Quand tu veux prendre une décision importante, il vaut mieux commencer par les détails vraiment insignifiants. Des détails idiots compréhensibles par tous, auxquels il faut consacrer beaucoup de temps." page 511

"Je suis lâche, voilà. J'ai un coeur de puce. Au-dehors, je fais des courbettes à tout le monde, je m'écrase, quoi qu'on puisse me dire." page 682

J'espère que cette petite lecture vous aura plu ! N'hésitez pas à me dire si certaines des citations vous touchent...

xx

You May Also Like

6 commentaires

  1. "De quoi était fait demain ? Nul ne le savait. Et après-demain, encore moins ! Et pour commencer, personne ne savait même ce qui allait se passer dans l'après-midi." est très véridique.
    "Si quelque chose doit arriver, que ça arrive. Si quelque chose veut arriver, qu'y puis-je ?"
    "Tu vois, quand on s'habitue à ne jamais avoir ce qu'on veut, on finit par ne même plus savoir de quoi on a vraiment envie."
    Ce sont de belles citations<3

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'as donné envie de le lire ! Je vais rajouter ce livre à ma liste puisque j'ai déjà 13 livres en attente ;)
    Merci pour la découverte et les citations :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est un de mes préférés de l'auteur, moins noir que Kafka, La balade de l'impossible ou 1Q84 !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ça me tente bien. De belles citations.
    J'ai écouté en livre audio Kafka de ce même auteur. J'ai bien aimé l'atmosphère. Ça t'arrive de lire (ou écouter) un livre audio ? Carole35400

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)