mes débuts dans le minimalisme

by - 9/18/2017

minimalisme-1.jpg

Je n'aime pas me coller des étiquettes mais j'adore les mouvements qui font du bien. Le bio, le zéro déchet, le minimalisme, ce n'est pas nouveau mais on en parle de plus en plus, ce qui permet de s'informer (l'information et l'éducation sont la clé de tous les problèmes). Je suis une ancienne grande consommatrice et depuis quelques mois (années), je me rapproche de plus en plus du minimalisme. Bien sûr, mon appartement a encore des cadres aux murs et mon dressing pourrait être encore plus petit MAIS depuis quelques temps le processus s'accélère.
C'est quoi le minimalisme (pour moi) ? 
C'est le contraire de la consommation compulsive. Le duo The Minimalists m'a beaucoup inspiré. Regardez leur documentaire ! Le principe est de ne posséder que des choses utiles, qui apporte de la valeur ajoutée à ta vie. On accumule tellement, on achète sans même réfléchir au futur. Sans même réfléchir à l'impact que ça a sur nous, notre environnement, les autres, la planète... Le minimalisme me parle car au fond c'est ce que je recherche depuis toujours. Je ne suis pas un être simple mais j'aime évolué dans la simplicité. 

Comment ça a commencé ? 
J'ai d'abord grandi. Quand j'ai eu mes premiers jobs, j'ai eu mes premiers salaires. Ça rend fou ! Même si je suis de nature économe (un vrai écureuil), j'avais une fièvre acheteuse. Je ne faisais gaffe à rien : à la composition, aux pays de fabrication, au confort. Oh des lunettes en forme de coeur, oh un tee-shirt à paillettes, oh une veste multicolore. Un jour, et ça commence à dater maintenant, ça s'est arrêté. L'achat compulsif idiot s'est arrêté car je me rendais compte que ce n'était pas moi. Pareil pour la vaisselle. Oh les petites assiettes à dessert inutile avec des cupcakes dessus. Oh les petites tasses à café (alors que je ne bois pas de café) trop jolies. Stop. Pour moi, ça a été le premier pas dans cette démarche du minimalisme : l'arrêt de l'achat compulsif. 

Pourquoi j'en parle aujourd'hui ? 
Car faire du tri, faire le vide dans son intérieur (et dans sa vie) demande du temps. À moins d'en faire un challenge mais, pour ma part, je ne voulais créer aucune frustration. Pas comme un régime où on arrête de manger pendant une semaine et après on pète un câble sur les paquets de gâteaux. Je voulais y aller tout doux. Je vous soule suffisamment sur les réseaux sociaux avec mon vide-dressing mais ces derniers temps j'ai vraiment fait le tri dans le dressing : c'est-à-dire que je ne me suis pas contentée de supprimer les pièces que je n'aimais plus. Trop facile. J'ai supprimé les pièces que je ne portais plus mais que j'aimais. J'ai passé un cap, mon dressing s'est réduit, celui d'Ewen également. Nous avons réussi à vider une armoire entière. Mon frère vient d'acheter une maison, cette armoire va aller vivre une nouvelle vie ailleurs. La boucle est bouclée.
minimalisme-2.jpg
Pourquoi ça (me) fait du bien ? 
Faire du tri et moins consommer me permet d'avoir moins de choses dans la tête. Quand j'ai un RDV professionnel quelque part et que le bureau de la personne qui me reçoit est en bordel, ça me choque. Alors pourquoi n'étais-je pas choquée par la quantité de choses que j'avais chez moi ? Attention, je n'étais (ne suis) pas un cas désespéré, juste que l'accumulation de choses peut être une bonne représentation de notre accumulation mental. Posséder moins, c'est aussi se concentrer sur l'essentiel. Je n'ai plus 20 tee-shirts mais j'ai 10 (euh 15) tee-shirts préférés. Aujourd'hui quelqu'un pourrait faire ma valise à ma place, aucun risque, j'aime tout : vêtements, produits de beauté, livres. Je me sens plus légère, libérée, plus consciente, satisfaite de faire quelque chose de bien (moins consommer, moins polluer). 

Mes prochaines étapes
Chacun établit ses objectifs. Un minimaliste peut s'arrêter, selon moi, là où il se sent bien. Une personne ne va vouloir posséder que deux slips et un sac à dos. Une autre se sentira enfin bien juste en réduisant le superflu. C'est important de rester critique et de ne pas se comparer aux autres, notamment aux grands gourous de ces mouvements (aussi cool soient-ils). Je sais que mon processus est bien avancé MAIS il y a encore quelques points que je veux améliorer : 
- Mon dressing hivernal : je me suis concentrée sur mon dressing d'été mais pas "ma collection hiver" pour ne pas regretter une fois le froid revenu. J'attends donc la saison pour refaire un tri ou pas. 
- Les livres : gros sujet pour moi. Je suis sûre que je peux faire un effort supplémentaire car il y a encore des livres dans ma bibliothèque qui ne sont pas "utiles" (comprendre que je n'ouvrirais jamais). 
- La décoration : je n'ai pas beaucoup d'objets de décoration chez moi MAIS QUAND MÊME ! Et ce sont des vrais nids à poussière. 
- Les trucs qui servent à rien : il en reste. Des trucs "au cas où", des objets qu'on m'a offert et que je n'ose pas jeter. C'est là où j'aurai besoin d'une visite de Marie Kondo et Béa Johnson. Oui les deux en même temps. 
- Ma façon de consommer : je ne suis pas une sainte et j'achète encore beaucoup. Mieux, mais encore un peu trop. C'est aussi parce que dans ce genre de démarche, on se créé des besoins débiles : "je veux devenir minimaliste alors il me faut un pull noir de minimaliste". Vous voyez le délire ?
Je terminerai sur cette phrase (du duo The Minimalists) : 
"Love People, Not Things;  
Use Things, Not People"
En tout cas, je suis fière d'avoir vidé une armoire. Oh oui. Un meuble en moins dans notre chambre. 
Et vous ? Que pensez-vous du minimalisme ? Quelle vision vous en avez ? Vous considérez-vous comme minimalisme ? 

xx

You May Also Like

20 commentaires

  1. Je suis dans la même dynamique toi en ce moment !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, moi aussi un peu la même dynamique concernant pour le moment mon dressing. J'ai commencé à faire un énorme vide ( environ 400 pièces que j'ai mis sur Vinted... bon avec beaucoup de bijoux fantaisie et un peu de cosmétiques ). Ca fait 2ans que je n'ai pas bossé et du coup mon besoin en fringues n'a plus été le même. Et aujourd'hui je suis micro-entrepreneur et je bosse chez moi. N'ayant plus les mêmes besoins et étant devenue 100% Vegan depuis 6 mois je trouve cela plus facile de me séparer de certaines pièces. Je n'ai pas pour objectif de devenir minimaliste mais aujourd'hui ca me rend presque malade de voir tout ce que j'ai pu cumuler surtout que j'ai toujours eu du mal à me séparer de mes fringues. Et puis quand ton pouvoir d'achat diminue ça aide aussi :). Je ne connais ton blog que depuis quelques jours mais je crois que tu vas pas mal m'inspirer. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alex et merci pour ton message ! C'est vrai que pour moi aussi le fait de m'être mise à mon compte et de travailler chez moi m'enlève la pression qu'on peut avoir au travail de posséder des choses, surtout des nouveaux vêtements ! Le tout est d'en prendre conscience en tout cas <3

      Supprimer
  3. Je suis dans la même dynamique que toi en ce moment. J'ai aussi arrêté les achats compulsifs il y'a quelques années, car j'étais une vraie catastrophe (on en parle de la passion lunette coeur, d'ailleurs ? haha). Depuis quelques mois, en plus d'acheter moins, je fais attention à la composition. Il y'a encore énormément de travail à effectuer, c'est un cheminement, mais je me sens déjà beaucoup mieux.
    Pour les livres, ma solution ce sont les "magasins de seconde main". J'y achète des livres pour quelques centimes, et je les ramène ensuite. Plus de places et plus d'économies ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est top ça ! Il faut y aller petit à petit, c'est le secret. Même les Minimalists eux-mêmes ont mis BEAUCOUP de temps :-)

      Supprimer
  4. Comme toi, je deviens minimaliste au fur et à mesure ! Je ne m'impose rien de radical, j'y vais en douceur. Je fais souvent du tri dans mes vêtements. J'ai arrêté mes abonnements aux box. Et j'essaie de finir tous mes produits de beauté avant d'en acheter des nouveaux. Étonnamment je me sens plus sereine. Mais ça m'arrive d'avoir de grosses envie shopping ! Mais quand je le fais, c'est intelligemment. Je ne prends que ce dont j'ai réellement besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca c'est un vrai challenge : finir les produits de beauté avant d'en acheter !
      Merci pour le partage en tout cas !

      Supprimer
  5. Clairement, je ne peux pas dire que je me dirige vers le minimalisme. J'en suis vraiment très loin. Par contre, j'ai eu un vrai déclic/choc un matin: j'ai regardé le tonne de produits de beauté que j'accumulais (merci le blog), les vêtements qui s'entassaient dans mon armoire et...j'ai tout simplement dit stop. Je n'ai même pas voulu m'attarder à les vendre. J'ai tout mis dans un sac et je les ai donnés à des associations. Par contre, la maison est encore remplie de petits objets "on ne sait jamais"....je ne sais pas si je pourrais me débarrasser un jour de ces choses....j'aimerais bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'es super ça ! C'est bien de prendre conscience parfois de tout ce qu'on accumule et que ça devient presque une urgence de se libérer de tout ça !
      Merci et bravo !

      Supprimer
  6. Jérôme9/18/2017

    Totalement OK!
    On a acheté notre maison à Paramé il y a une dizaine d'années à un couple de Suédois qui vivaient donc à Saint-Malo.
    J'ai eu un coup de coeur immédiat car la maison était dépouillée, aérée, avec de l'espace...
    Du reste, le jour où ils nous ont laissé les clefs pour repartir à Stockolm, ils sont repartis avec juste 2 valises chacun, et c'est tout!
    J'utilise souvent - à tort ou à raison - le terme Feng Shui concernant un intérieur. C'est propre à soi, assez indéfinissable, et c'est un sentiment très en phase avec la culture nordique. J'ai fait plusieurs échange de maison avec des Danois, et la notion de minimalisme est vraiment prégnante chez eux. Je ne peux que te conseiller de découvrir Copenhague!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wahou ça c'est la classe ! Je rêve d'aller à Copenhague justement car en effet les pays du nord sont bien plus dans cette démarche !

      Supprimer
  7. Je commence à peine à vider mes placards et ça fait un bien fou. C'est la perspective d'un déménagement prochain qui m'a donné l'impulsion pour tout trier. Je n'ai envie d'amener dans ma nouvelle vie que des choses nécéssaires ou que j'aime vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dingue l'effet presque thérapeutique que ça peut faire ! et un déménagement est une très bonne excuse !
      merci pour ton commentaire <3

      Supprimer
  8. C'est tellement gratifiant de se débarrasser du superflu... On se sent tellement mieux !
    Personnellement, ça fait un bon moment que j'ai commencé à faire des tris périodiques sur mes "possessions" (beurk beurk ce mot). D'abord les papiers/cours (que tu gardes des plombes, on sait jamais, des fois que l'envie te prenne de relire tes cours... Trop drôle), puis les fringues, les livres (j'ai fini par me mettre au clair avec moi-même : non je ne relirais pas ces bouquins, j'en ai trop de nouveaux à découvrir !) les objets divers et variés... Là, j'en suis aux meubles. Je n'ai pourtant pas grand chose (enfin, c'est l'opinion que je m'en fais), mais ça me paraît trop, sans compter que tout n'est pas nécessaire, loin de là. Et surtout, tout doit tenir dans un seul camion pour le prochain déménagement :P
    Dans tout ça, mon seul "regret", c'est qu'il fait trop froid là où je vis pour pouvoir faire tenir tous mes vêtements dans une valise - les gros pulls, ça prend quand même de la place.

    RépondreSupprimer
  9. C'est marrant car je suis dans le même processus que toinet mon homme aussi du coup. Je lui avais demandé une armoire en plus il y a qql années car ma consommation ne s'arrêtait pas. Et il y a 6 mois j'ai pu lui dire que je n'en avais plus besoin 😅 Quelle fierté !!mon dressing est quasi parfait pour moi et j'ai diminué de 50 voir 60% 😱 Et quelle facilité le matin. Comme toi tout ce qu'il me reste je l'adore! Le minimalisme est la meilleure chose qui me soit arrivée. Et je sème la petite graine dans mon entourage et chez certains cela pousse vraiment bien 😅😜 merci pour ton blog et j'en profites pour te féliciter pour tes vidéos !!j'adore. Gros'bizous de Belgique

    RépondreSupprimer
  10. Pour moi qui m'intéresse à l'écologie, le zéro déchet, la meilleure consommation
    Je trouve que s'intéresser au minimalisme est indispensable quand on rêve d'atteindre un mode de vie responsable
    Et du coup, forcément, je fais au mieux pour devenir la femme minimalisme que je n'aurais pas devenir un jour
    J'achète MOINS, voire plus du tout, ou quand je le fais j'achète MIEUX, nettement mieux, je m'oriente au mieux vers des marques responsables, pour la mode comme pour le reste, et puis, surtout, c'est la clé du succès pour moi, NE PAS SE METTRE LA PRESSION, y aller par étapes et ne pas se sentir coupable si demain on va s'acheter un truc inutile dans une marque caca ;)

    RépondreSupprimer
  11. Je me suis mise à écouter les podcasts des minimalistes dernièrement et j'aime bien leur vision des choses.
    Côté vêtements, je sais que je pourrais un peu m'améliorer, après depuis début janvier j'ai du acheter 10 vêtements, je n'arrive pas à savoir si c'est beaucoup ou pas, mais je trouve que ça va. Par contre quand je regarde mon dressing d'hiver j'ai beaucoup de noir / gris (par facilité) et je me dis qu'un peu de couleur (donc nouveauté ?) ferait du bien.
    Sur la déco j'en ai un peu, oui certains trucs prennent la poussière, mais comme je ne suis pas maniaque au final c'est pas trop de boulot en plus. Quand c'est trop sobre je trouve que ça manque de chaleur humaine.
    Sur les livres un de mes objectifs est de lire tous ceux que j'ai avant d'en racheter ! Et j'avoue quand j'en ai fini un je l'apporte à ma maman et ensuite il reste chez elle (elle aime le bazar et se sent mal quand c'est vide... Oui oui j'ai du mal chez elle parfois 😊)
    Pour répondre à la question, je ne pense pas être minimaliste, mais j'en ai emprunté le chemin.

    RépondreSupprimer
  12. Ça fait un moment que je suis en mode "minimaliste". J'aime voyager léger dans la vie. Et mes nombreux déménagements m'ont vachement aidée à faire le tri. Ne garder que l'essentiel. Je vis en couple depuis 6 ans avec quelqu'un qui accumule beaucoup. Sa façon de consommer a vraiment évolué depuis qu'on est ensemble, mais ses réticences sont encore nombreuses pour continuer le tri. Ce n'est vraiment pas évident d'aller au bout de la démarche quand on est en couple. La lecture de ton blog pourra peut être lui donner envie d'aller plus loin... merci pour tes partages en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! C'est vrai que c'est plus facile quand on est 2 dans la démarche. Moi même parfois je me sens seule et pourtant mon copain est motivé aussi... Mais il faut faire avec ces difficultés et ça viendra surement à un moment donné. Pour "devenir un minimaliste", je pense qu'il faut avoir été un maximaliste... Je ne sais pas !

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)